28 octobre 2020
Critiques

Selfie : Pouce vers le bas

Par Victor Van De Kadsye

La fin des années 2010 a entraîné un véritable conflit de générations. Une jeunesse consciemment éveillée, maniant la culture dite « Woke » grâce aux pouvoirs des réseaux sociaux, et la génération des Boomers, plus ancienne et ayant du mal à se faire à l'idée que les jeunes puissent prendre le dessus. Cette fissure entre ces deux temps est représentée par "Selfie", film-à-sketch poussif plagiant éhontément la verve réactionnaire et lourdingue de la série "Black Mirror".

"Selfie" est un paradoxe dommageable dans sa démarche. Tous ses sketchs, tentant de parler, avec une tonalité acerbe, de notre rapport aux réseaux sociaux, mais sont au final des vannes ringardes que l'on pourrait retrouver à travers des illustrations laides sur... Facebook ! Des blagues tenant sur une case. Sauf que le problème dans cette anthologie d'1h40 est qu'elle à renouveler ses prémices. Dès la première minute de chaque histoire, rien ne changera. Les parents, filmant leur enfant malade pour Youtube, montrent qu'ils sont ignobles, des gens découvrent leurs vies sentimentales et sociales régies par des notes ou bien un cadre dans une entreprise voit son quotidien complètement réglé par les algorithmes d'Amazon. Rien de nouveau à l'horizon.

photo-selfie
Max Boublil - Copyrights Apollo Films

On trouve le temps long dans "Selfie" tant il étire ce que l'on pourrait simplement résumer en 280 caractères. L'humour poussif, souvent servi par des chutes calamiteuses et de mauvais goûts (en particulier l'intrigue avec Blanche Gardin), exaspère tant il enfonce des portes ouvertes. Il y a rien à dire sur les réseaux sociaux, ce ne sont juste des remarques de bistrot que l'on pourrait retrouver chez Pascal Praud ou Les Grandes Gueules sur RMC !

Un regard vieillot, illustré par une mise-en-scène plate au possible. On peine à distinguer les cinq réalisateurs participant à ce projet au ton si impersonnel. Par la fausse bonne idée de relier toutes ces histoires par des personnages, l'ensemble devient uniforme et semble confirmer l'absence de regard singulier à ces problématiques. Car, traiter de façon humoristique Youtube, les leaks ou autres algorithmes, pourquoi pas ? Mais pas en étant si grossier et vain. Pour le coup, il est temps de dire OK Boomer à ce film inutile sur les jeunes faits par des vieux. Plutôt que de se concentrer sur des véritables problèmes, "Selfie" traite son sujet en l'ayant vu de haut sans jamais l'observer réellement. On clique et on met son pouce vers le bas !


Tous nos contenus sur "Selfie" Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"

ça peut vous interesser

Les Apparences : Décevant

Rédaction

Les Apparences : Sont trompeuses !

Rédaction

Effacer l’historique : Comédie à l’état pur

Rédaction