25 octobre 2020
Archives Critiques

Seuls Two : Inégal mais drôle

Eric et Ramzy ont grandi. À la fois film de la maturité et film de l'immaturité, "Seuls Two" est leur bébé à eux, le premier qu'ils portent de bout en bout et dont ils assument pleinement la paternité (mais pas leur premier bon film : rappelons-nous de "Steak").

Voilà un film placé sous le signe du fantasme : réaliser un film à soi ou kiffer la vibe dans un Paris désert sont deux rêves relativement universels mais probabilistiquement (vive les adverbes inventés) peu réalisables, surtout le deuxième. Messieurs Judor et Bedia ont foncé la tête la première pour exaucer simultanément ces deux souhaits, et en tirent une comédie fort fréquentable, régressive mais pas abêtissante, qu'ils ont eu la bonne idée de ne pas confier à un Gérard Pirès ou à un Philippe Haïm particulièrement peu à l'écoute et incompétents.

La première moitié de "Seuls Two" est la meilleure. Parfaitement construite, elle introduit idéalement les deux personnages et leur opposition digne de l'éternel duel entre Guignol et le gendarme. Les vannes fusent, et puis pof !, voilà Blaise et Curtis absolument seuls dans la capitale. Imaginez le pied : pas de zombies comme dans "28 jours plus tard", pas de menace mystérieuse (pour ceux qui n'ont pas vu le film, en tout cas) dans "Je suis une légende". Juste un gigantesque parc d'attractions, en tout cas du point de vue du "méchant" Curtis, qui en exploite pas mal de possibilités, tandis que le trop gentil Blaise reste un peu trop prisonnier de sa condition de représentant de la loi, rechignant à profiter un peu de la situation. Le parallèle entre les conceptions bien différentes des deux hommes est bien mené et permet de constater que même sans l'autre, chacun des deux acteurs est capable d'exister à l'écran et de faire rire.

Il aurait sans doute été lassant d'assister à une heure trente de pures gamineries en roue très libre (quoique). D'où un scénario qui rebondit légèrement en cours de route, donnant un peu de sens à cette histoire de ville désertée et permettant de faire réapparaître d'autres visages que ceux d'Eric & Ramzy. Là, on s'amuse tout de même moins, les situations devenant un peu répétitives et pas toujours bien amenées. Une constatation qui permet de réaliser que si les deux hommes sont de formidables dialoguistes, ils ont encore bien du progrès à faire dans la construction globale et dans l'exploitation comique des situations choisies.

Au final, le rire est régulier grâce à de nombreuses répliques hilarantes (dont un paquet de plaisanteries bien racistes qui n'épargnent pas grand monde), mais visuellement il y a encore beaucoup de progrès à faire. Malgré une mise en scène assez chouette (en dépit de contraintes gigantesques pour réussir à vider Paris sans effets numériques), Eric & Ramzy ne sont pas encore de grands auteurs-réalisateurs comiques, mais ne sont pour l'instant "que" des humoristes capables de faire des films rigolos. C'est tout de même extrêmement encourageant.

Auteur :Thomas Messias
Tous nos contenus sur "Seuls Two" Toutes les critiques de "Thomas Messias"

ça peut vous interesser

Miss : Vous voterez pour elle !

Rédaction

Police : Quand le fond n’a pas la forme

Rédaction

Tenet : Il faut le voir !

Rédaction