25 janvier 2022
Archives Critiques

Shrek 2 : Il nous fait marais !

Jetez vous sur ce deuxième règlement de conte de fées ! Shrek 2 est une pure merveille d'irrévérence et de drôlerie. Un pur moment de rock'n'roll.

Shrek 2 pulvérise évidemment les gentils contes universels et figures légendaires de notre enfance, tout en dynamitant le mythe américain d'« Amour, gloire et beauté ». Le tout saupoudré de parodies magiques (Le seigneur des anneaux, Zorro, etc…) et vous obtenez un cadre féerique pour un délire sensationnel !

Dopée par un rythme hallucinant, avec un nombre de gags et de jeux de mots par minute époustouflant, la suite de Shrek tient toutes ses promesses. Admirons au passage le travail d'écriture pour la version française, interprétée avec brio par des illustres inconnus (hormis Alain Chabat) qui doublent quand même Mike Myers, Eddy Murphy, Cameron Diaz, Antonio Banderas, John Cleese, Julie Andrews, Ruppert Everett et Jennifer Saunders ! On retrouve avec le même bonheur cet ogre ronchon mais ô combien sympathiquement dégueu et sa princesse verte de rêve Fiona, sans oublier le légendaire âne, certainement la vraie star de Shrek.

Cette fois, le trio infernal se rend au Royaume Fort, Fort Lointain pour présenter le monstre au grand cœur aux parents de Fiona. Hollywood bis, antre de la superficialité, des intrigues venimeuses et des bassesses pathétiques, Fort, Fort Lointain est le théâtre d'un quiproquo visant les deux amants (ou plutôt la scène du show opposant Shrek aux ennemis de la tolérance). La méchante, ici, est la « bonne fée », qui prend les traits d'une californienne odieuse, partagée entre ses affreux problèmes de poids, son fils déjanté et ses ambitions personnelles.

Ainsi, tout comme Michael Moore, palme d'Or à Cannes, tire à bout portant sur le monde de Bush, Shrek 2, présenté en compétition officielle, n'est pas en reste puisqu'il réduit en poussière le monde doré d'Hollywood, conte de fée plastoc par excellence. Inutile de préciser que le film d'animation a de très beaux jours devant lui tant qu'une bande d'américains super politically incorrect persisteront et signeront des films comme Shrek et sa suite, que je ne vais pas tarder à revoir pour profiter de tous les gags et clins d'œil.

Bref, cet ogre n'a pas fini de nous régaler et de nous faire marais…
Auteur :Alessandro Di Giuseppe
Tous nos contenus sur "Shrek 2" Toutes les critiques de "Alessandro Di Giuseppe"