15 décembre 2019
Archives Critiques

Shrek le troisième : Totale déception !

On les avait laissés heureux pour toujours, « happy ever after » en anglais dans le texte. Shrek et sa Fiona, l'âne et sa dragonne, le chat potté et les autres avaient réussi à mettre en échec la marraine la fée et le prince Charmant et leur plan diabolique pour s'emparer du royaume. Shrek 2, aventures déjantées de l'ogre vert au pays de Fort fort lointain, nous avaient plu, et elles avaient fait un carton au box office.

Las, il n'en fallait pas plus pour que le troisième volet devienne imminent, quitte, peut etre, à laisser de côté une qualité jusque là satisfaisante... L'histoire est donc logique, il ne leur restait plus qu'à faire des bébés. Et puis le Roi meurt à l'improviste, laissant donc un trône vacant. Logique encore, c'est à Shrek de mettre sa fraise et de jouer les monarques. Une perspective qui ne lui plaît bien sûr pas du tout. Il va donc essayer de retrouver un autre héritier probable, le jeune Artie, qui n'a pas franchement les épaules pour le job par contre. Un sacré mic-mac, surtout que pendant ce temps à Vera Cruz, euh non, à Fort Fort Lointain, Charmant ourdit une revanche avec les méchants, pauvres laissés pour compte des contes de Fées.

C'est un peu compliqué tout ça, c'est surtout deux histoires en une, preuve peut être que les scénaristes ont peiné à en trouver une valable qui pourrait tenir les spectateurs en haleine. C'est que Shrek le troisième déçoit, vraiment... Il est vrai que l'animation est impeccable, que les visages sont de mieux en mieux rendus, que les personnages sont de plus en plus crédibles. Mais ça ne suffit pas. L'animation a appris, depuis Pixar, qu'un scénario est indispensable, et que des personnages bien dessinés le sont aussi.

Le souci c'est que là, ça pêche des deux côtés. Côté scénario deux histoires parallèles qui doivent se rejoindre demandent un vrai effort de montage. Côté personnage si l'on sait déjà tout des personnages principaux, et que leurs défis moraux n'en sont pas vraiment, ça devient tout de suite moins intéressant.

Vous l'aurez compris, globalement la déception est totale. On attend que le film démarre à peu près pendant une heure et quart, et les personnages étant déjà connus, l'intérêt des détournements et des blagues « crades » des ogres est vraiment amoindri. L'humour ne marche donc pas aussi bien, les choses sont moins fines, les gags plus gras (et pourtant !) en gros, le tout est répétitif et semble courir après un mirage Shrek, celui des deux premiers épisodes. Tout ça s'explique aussi avec une absence... Celle d'Andrew Adamson, réalisateur émérite des deux premiers volets, parti tourner Narnia 2 !

Que les fans déçus se rassurent pourtant Shrek 4, en 2010, nous permettra de retrouver Adamson, qui lui n'aura peut être pas tendance à se reposer sur ses lauriers, et promis, on remettra alors en jeu notre idée pourtant simple : Shrek 3, c'est la dérive en produit marketing d'une saga insolente et jusque là assez drôle.
Auteur :Fadette Drouard
Tous nos contenus sur "Shrek le troisième" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"