13 décembre 2019
Archives Critiques

Signes : Un peu ennuyeux…

Le film démarre sec et très fort et ne vous lâche plus jusqu'à la fin. C'est ce que tout le monde dit. Moi, je me suis passablement ennuyé, trouvant le film surfait et, comme Sixième sens, très moralisateur.

Que nous raconte Signes ? L'histoire d'un homme qui retrouve la foi. Depuis que Graham (Mel Gibson, à moitié convaincant) a perdu sa femme, sa foi s'en est allée elle aussi. L'invasion des extra-terrestres va lui permettre de croire de nouveau. Croire car il va être le premier à en voir un de près.

Voir est le mot-clé du film (c'est d'ailleurs l'un des derniers mots que dira la femme de Graham avant de mourir...) et c'est par un gros plan du visage de Graham qui ouvre les yeux que démarre le film. La foi retrouvée, tout rentre dans l'ordre: les E.T. sont partis, les enfants s'amusent et Graham est de nouveau pasteur.

Le problème de ce film, comme Sixième sens, est de vouloir jouer sur plusieurs tableaux à la fois. C'est un film, si j'ose dire, qui a le cul entre deux chaises. Tendance Spielberg pour le sérieux, l'angoisse et l'efficacité et tendance Mars Attack pour l'humour déconcertant du film et la séquence finale qui frise le grotesque (l'oncle et sa batte de base-ball...).

Ajouter à cela une volonté de faire film d'auteur à tout prix (ce que Signes est peut-être...) en multipliant les signes d'anormalité au sein de la famille, l'utilisation du plan-séquence (fait rarissime pour un film hollywoodien...et c'est bien une raison pour laquelle on ne peut vraiment détester ce film et son réalisateur, véritable extra-terrestre dans le milieu du cinéma hollywoodien...) et rôle prépondérant de la télévision.

Le critique voit souvent dans les films une réflexion sur les images, sur leur pouvoir néfaste. On serait tenté d'en faire autant. Dès le début, la petite Bo (Abigail Breslin) découvre le même programme sur toutes les chaînes, l'oncle Merrill (Joaquim Phoenix) verra son premier alien à la télévision et c'est sur l'écran de télévision que le dernier E.T. se reflétera...

Et alors me direz-vous ? Alors rien. Shyamalan est un petit malin. Son film l'est tout autant. Sa grande force est qu'il parvient à nous faire croire à son histoire. C'est déjà ça. Il multiplie les séquences chocs, très réussies. Sa caméra ne filmant que ce que voient les protagonistes, se positionnant même parfois à la place de la lampe torche. Le climat est tendu, angoissant mais on est loin de la terreur sourde des Autres d'Alejandro Amenabar, véritable chef-d'oeuvre, sorti l'année dernière et totalement sous-estimé.

Même si son réalisateur essaie de se distancier de la production hollywoodienne, Signes reste un bon blockbuster très moralisateur que ne reniera pas Spielberg dont Shyamalan paraît être le digne successeur

Auteur :Christophe Roussel
Tous nos contenus sur "Signes" Toutes les critiques de "Christophe Roussel"

ça peut vous interesser

Joker : Plaisanterie de courte durée

Rédaction

Joker : Ceci n’est pas un film de super-héros

Rédaction

Traîné sur le bitume : Marche Funèbre

Rédaction