20 septembre 2021
Critiques

Sound of Metal : Le son de la perte et du changement

Par Alexa Bouhelier Ruelle


Comme Ruben, le personnage au centre de "Sound Of Metal", ce premier long-métrage mis en scène par le scénariste et réalisateur Darius Marder, Riz Ahmed transmet à travers sa performance une frustration complexe avec le monde qui l’entoure, mais aussi ses efforts pour se raccrocher à sa vie passée.

L’une des plus belles choses au cœur de "Sound Of Metal" est le rejet d’une certaine sentimentalité. Mais définir ce film seulement par ce changement physique serait reléguer la surdité à la seule définition du handicap, et ceux en souffrant seulement comme des personnes brisées et ayant besoin d’être réparés. Au contraire, Marder rejette cette vision et choisit d’avoir un regard plus large sur la vie, en se concentrant sur son caractère éphémère. "Sound Of Metal" est un film porté à bout de bras par la performance incroyable de Riz Ahmed, qui personnifie cette empathie envers les personnes sourdes ainsi qu’une histoire universelle sur le changement. L’acteur s’est plongé corps et âme dans ce rôle, débutant sa préparation six mois avant le tournage : en apprenant à jouer de la batterie, et en étudiant la langue des signes.

En route vers les Oscars

Riz Ahmed crève l’écran avec une performance juste, qui résonne même dans le silence le plus total. Les médecins autour de lui ne tardent pas à l’informer que, quelle qu’en soit la cause, le résultat sera le même : son audition ne reviendra jamais. Ruben embarque alors dans un voyage pour continuer à vivre, il rejoint une communauté pour apprendre la langue des signes et s’adapter à cette nouvelle normalité : un nouveau départ. Ruben est plein de haine et de rage envers la situation dans laquelle il se trouve, sans pour autant être violent. Cette colère est l’élément principal qui ancre justement l’humanité de ce personnage. Riz Ahmed comprend que le spectateur n’a pas besoin de nécessairement « aimer » Ruben ni de le voir comme une victime des circonstances.

critique-sound-of-metal1
Riz Ahmed - Copyright Tandem Films

A la place, nous sommes plongés dans ses conflits intérieurs, alors qu’il se raccroche à une vie qui n’est plus et a du mal à accepter de nouvelles habitudes. Il a du mal à accepter cette nouvelle identité et essaie de se raccrocher à son ancienne vie. C’est une histoire qui traite non pas de la surdité, mais bel et bien de la vie en elle-même. On mène une vie et soudainement tout change. La facilité aurait été de se focaliser sur un personnage affrontant l’adversité de la situation dans laquelle il se trouve. Cependant, "Sound Of Metal" présente un voyage plus complexe, une histoire qui demande de l’empathie de la part des spectateurs, mais aussi de la part des acteurs pour trouver un équilibre entre humanité et sensibilité.

Un film immersif

À côté de cette performance éblouissante se trouve l’un des meilleurs usages du son au cinéma depuis très longtemps. Darius Marder immerge les spectateurs dans cette relation entre Ruben et le monde qui l’entoure : une relation qui se détériore jour après jour. Nicolas Becker, monteur, qui a déjà travaillé sur "Gravity" et "Premier Contact" a fait un travail incroyable. "Sound Of Metal" est le premier film où les sous-titres sont un choix artistique, entièrement intégrés au film lui-même ; pour mieux comprendre l’état d’esprit dans lequel Ruben se trouve, mais aussi les autres personnes qui constituent sa communauté. Marder présente le film comme une personne sourde le regarderait. Ce n’est pas que des sous-titres dont il s'agit ici, mais aussi des descriptions audio. En parallèle, l’utilisation des sons est incroyable, étouffée, coupée ou même distordue tout y passe. Cette bipolarité du son jongle entre la perspective de Ruben et son environnement direct. "Sound Of Metal" offre alors une vision riche sur la vie d’une personne sourde ; sans jamais les définir juste par cette caractéristique, mais comme des êtres humains avec leurs forces et faiblesses propres.

Darius Marder, qui a écrit et réalisé le film avec son frère Abraham, sème des petits détails tout au long du film qui dévoile le conflit interne du personnage principal alors qu’il se bat pour faire de l’ordre dans sa vie. En effet, "Sound Of Metal" injecte une sensibilité remarquable jusqu’à la dernière séquence : un moment plein de solitude et de poésie, nous ramenant à un silence finalement accepté par Ruben qui se dissocie de son ancienne vie. À travers une utilisation du son brillante, une réalisation pointue et une performance magnifique de la part de Riz Ahmed, "Sound Of Metal" pose des questions bien plus larges sur la beauté de l’adaptation de l’Homme face à l’adversité et au changement.

Tous nos contenus sur "Sound of Metal"Toutes les critiques de "Alexa Bouhelier Ruelle"

ça peut vous interesser

Dune : Une épopée mystique

Rédaction

Boite noire : Un film atmosphérique

Rédaction

Bac Nord : Une déflagration pleine de réalisme

Rédaction