24 janvier 2022
Archives Critiques

Star Wars : La Revanche des Sith : Euphorisant !

Les fans de George Lucas sont des gens courageux. Après avoir patienté plus de 15 ans entre "Le Retour du Jedi" et la fumeuse "Menace Fantôme", voilà que les deux premiers épisodes tant attendus sur les origines de la saga font grimacer jusqu'aux plus mordus de l'univers Star Wars.

Aux personnages transparents voire carrément insupportables (qui n'a jamais rêvé de voir Jar Jar Binks mourir dans d'atroces souffrances ?) de l'épisode 1 répond la love story mielleuse et pénible de L'attaque des clones, opus moins raté mais néanmoins excessivement décevant. Mortifié par 15 années sabbatiques le mégalo George ? A l'entendre pourtant, les épisodes 1 et 2 sont des prouesses techniques incontestables qui posent des jalons quasi révolutionnaires dans l'histoire du septième art : images de synthèse exploitées au maximum, tournage en numérique, post production revue et simplifiée par le digital.

Tous ces arguments imparables ne répondent pas à une question simple : pourquoi alors les films ne sont-ils pas meilleurs ? Acculé par des critiques parfois assassines, Lucas n'a plus qu'un film pour prouver à tout le monde que sa nouvelle trilogie n'est pas qu'une opération commerciale de génie. Aura-t-il retrouvé, du moins en partie, son inspiration d'autrefois ?

Sans aucun doute, "Star Wars : La Revanche des Sith" est le meilleur épisode de la nouvelle trilogie et ce pour une raison simple : enfin nous allons découvrir pourquoi et comment Anakin Skywalker va devenir le terrible Dark Vador. Tout au long d'une intrigue rondement menée, le mal grandit dans le cœur du héros comme dans les arcanes d'une république en passe de devenir une impitoyable dictature sous le joug de l'infâme Palpatine. Tout le mérite de cet épisode est d'avoir su se concentrer sur le trouble d'Anakin : ses doutes, ses peurs, ses frustrations décuplés par les manipulations d'un maître du côté obscur, le futur empereur.

Abandonnant l'humour maladroit du premier volet et la guimauve du second, Lucas a habilement construit un récit parfaitement rythmé entre scènes intimistes captivantes –les échanges entre Palpatine et Anakin notamment- et action pure avec effets spéciaux de premier choix. Autant dire que dans la recette, il y en a pour tout le monde et surtout pour les fans qui verront enfin la déchéance d'Anakin lors d'un combat anthologique avec son ancien maître et sa funeste résurrection en Dark Vador. On s'étonnera d'ailleurs de la violence de certains combats : mains coupées, décapitations au sabre laser, enfants Jedis assassinés de sang froid et hécatombe multiples, un programme qui nous éloigne singulièrement des facéties de Jar Jar Binks…

Bien sûr, certains diront que le passage d'Anakin vers le côté obscur méritait plus qu'un film et que Lucas a finalement perdu beaucoup de temps avec l'épisode 1 et 2 avant d'attaquer enfin le vif du sujet dans cet ultime opus. Ils n'auront pas forcément torts mais cette démarche reste dans la logique du réalisateur qui a toujours eu un génie incontestable pour gérer sa franchise en frustrant ses fans dévorés d'impatience. On posera également un bémol sur l'utilisation à outrance du numérique qui vient parfois parasiter la cohérence visuelle de certaines scènes à l'image du combat final sur la lave où plusieurs incrustations hasardeuses laissent vraiment perplexes.

A force d'en faire trop avec ses nouvelles technologies, Lucas finit par tuer une dimension poétique qui manque cruellement à cette nouvelle trilogie : fonds bleus voyants, images de synthèse plus proches du jeu vidéo que du cinéma, esthétique glacée due à une image digitale aseptisée de tout grain. Ses partis pris visuels, regrettés par les uns, célébrés par les autres, n'empêchent toutefois pas d'apprécier à sa juste valeur "Star Wars : La Revanche des Sith", un film globalement réussi et euphorisant qui devrait enfin mettre tout le monde d'accord.

Auteur :Frédérick Lanoy
Tous nos contenus sur "Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith" Toutes les critiques de "Frédérick Lanoy"

ça peut vous interesser

The King’s Man : Nouvelle mission

Rédaction

West Side Story : Juste un chef d’œuvre technique

Rédaction

Affamés : La faim est proche

Rédaction