19 juillet 2019
Archives Critiques

Star Wars : Episode V – L’Empire contre-attaque : Le plus grand de toute la saga !

LES ORIGINES DE STARWARS

Bercé par les fameuses matinées des cinémas américains, Lucas se retrouve complètement dans la science-fiction, Flash Gordon et les autres n'ayant plus de secrets pour lui. Les serials le font rêver comme d'autres enfants de son âge.

L'accident, qui a failli lui coûter la vie, lui a permis de voir les choses autrement. Sa longue période de convalescence l'incite à découvrir d'autres horizons à travers la littérature. Joseph Campbell fait partie de ces auteurs qui l'inspirent. Toute la mécanique des mythes sera analysée et découpée par Lucas : La Grèce antique, la mythologie romaine, les légendes asiatiques, etc.

Bref, tout ce qui se rapporte à l'éternel combat du bien et du mal, les combats entre les héros et les vilains. A ce titre, citons un extrait de l'article de Philippe Ross publié dans La Revue du Cinéma, en septembre 1983 : "Certains puristes à l'esprit étroit rattachent Starwars à la science-fiction et plus précisément au space-opera alors que la trilogie présente des éléments propres à l'heroic fantasy et a surtout contribué à son renouveau. Il est en effet incontestable que cette épopée fabuleuse présente un côté épique indéniable dans la sempiternelle lutte du Bien et du Mal symbolisés par le brave Luke Skywalker et le terrifiant Dath Vador dont l'accoutrement se veut un mélange harmonieux de l'armure du chevalier noir et des uniformes SS, tandis que les duels épiques avec épées au laser ou les batailles dans les galaxies étoilées entrecoupées d'apparitions de créatures extraordinaires, sympathiques ou malfaisantes, présentent des analogies flagrantes avec les grands romans classiques d'heroic fantasy des années 30."

Lucas tient alors son projet : un film de science fiction réunissant des héros fortement ancrés dans leurs valeurs, dans la technologie, l'héroïsme et l'inéluctable affrontement ente le bien et le mal . Malgré le succès d'"American Graffiti ", plusieurs studios refusent le projet de Starwars, même le studio Universal, auquel le cinéaste a rapporté beaucoup d'argent, ne veut pas en entendre parler.

Il faut souligner qu'à l'époque, la science fiction n'était pas très commerciale, ou alors sous forme de comics ou de romans, mais le cinéma ne s'était jamais vraiment intéressé à ce sujet.

Certes, des succès tels que "La Planète des Singes" ou "2001, l'Odyssée de l'Espace" avaient ouvert certaines portes notamment dans le domaine des effets spéciaux, mais pas au point d'attirer l'attention des décideurs sur le projet de Lucas.

Un seul courageux lui donnera une avance pour son script : Alan Ladd Jr, alors patron de la 20th Century Fox et futur producteur de "Blade Runner" et de "Outland".

Selon lui, au vu de la précédente réalisation de Lucas, un film de science-fiction pourrait être un énorme succès. Il ne pensait certainement pas à l'époque à la bonne définition du mot succès.

A l'origine, Lucas avait toujours pensé faire une trilogie voire même trois : celle de base (épisodes IV, V, VI), une préquelle (épisodes I, II, III) et une suite directe (épisodes VII, VIII, IX).

Les synopsis existent bien dans l'esprit de Lucas, mais, malheureusement, pas tous sur pellicule, puisqu'il était acquis que Lucas devait s'arrêter au moment de la sortie de l'épisode III en 2005 (toutefois, les récentes évolutions, et l'achat de la franchise Star Wars par Disney, ont inversé la tendance avec la sortie à venir d'un nouvel épisode en décembre 2019...).

La première version de Starwars fut écrite au bout de 9 mois. Plusieurs idées étaient prévus par Lucas : une distribution uniquement asiatique, un film à la  "Capitaine Blood", etc. Un an et demi après la première mouture, la pré-production du film peut enfin commencer, nous sommes au printemps 1975.

Le budget se montait alors de 7 millions de dollars avant même d'avoir tourné une seule scène. L'aventure s'annonçait éprouvante pour Lucas et son équipe, surtout au début du tournage, sous le lourd soleil de la Tunisie...

poster-l-empire-contre-attaque
LA CRITIQUE DU FILM

"L'Empire contre-attaque" a été réalisé par Irvin Kershner en 1979 et est sorti sur les écrans américains en 1980.

"L'Empire contre-attaque" est beaucoup plus sombre que le précédent. Les personnages sont beaucoup plus adultes, cela étant du aux épreuves qu'ils ont traversées. Georges Lucas les a donc laissés mûrir pour ce deuxième opus. Le combat demeure toujours le même : celui du bien contre le mal.

Le scénario "L'Empire contre-attaque" de peut paraître à certains manichéen. Cependant, Georges Lucas construit une histoire bien plus complexe qu'on ne le pense et qui débouche sur une terrible révélation.

De nouveaux personnages font leur apparition : Yoda le maître Jedi, petit par la taille mais grand par le pouvoir; Bobba Fett personnage très mystérieux et énigmatique; Lando Calrissian, premier personnage de couleur dans la trilogie.

Ce deuxième épisode marque aussi la consécration technique pour Industrial Light and Magic (ILM), société d'effets spéciaux créée lors de la production de "Star Wars". Cette jeune équipe de "magiciens" de l'image dispose à présent de tous les crédits possibles et a pu améliorer ses capacités techniques sur d'autres réalisations prestigieuses telle "Les Aventuriers de l'Arche Perdue", qui sortira en 1981.

L'épisode V ne rapportera pas autant d'argent que le précédent. Toutefois, il se classera quand même parmi les plus gros succès de l'année 1980. Qui plus est, ce film est devenu pour nombre de fans le meilleur de toute la série.

Auteur : Fabien Rousseau


Tous nos contenus sur "Star Wars : Episode V - L'Empire contre-attaque" Toutes les critiques de "Fabien Rousseau"

ça peut vous interesser

Les réalisateurs de séries télévisées : William Hale

Rédaction

Brad Pitt en astronaute dans Ad Astra

Rédaction

Meurs, monstre, meurs : La critique du film

Rédaction