24 janvier 2022
Critiques

Star Wars : Le Réveil de la Force : Mission accomplie !

C'est plusieurs générations qui frétillent depuis 2012 et l'annonce d'une nouvelle trilogie "Star Wars" chapeautée par Disney et l'arrivée enfin du "Réveil de la Force". Celle qui a découvert l'univers avec la trilogie d'origine, celle qui avait l'âge pour supporter l'affreux Jar Jar et qui a rencontré la famille Skywalker par le biais de la prélogie (les pauvres) et tout ce beau monde a ensuite transmis ces mythes à leur propre fratrie.

La transmission. La filiation. C'est justement le thème de ce nouveau "Star Wars : Le Réveil de la Force", qui sera également le point de départ pour une toute nouvelle génération de se réapproprier la saga. En effet, deux missions principales pour J.J. Abrams avec ce retour : faire oublier une prélogie constellée de défauts, et renouveler l'univers avec assez de continuité et de fan service pour ne pas froisser les accros de la saga, déjà suffisamment trahis par Georges Lucas.

On peut se rassurer tout de suite, le contrat est largement rempli, et le film est un formidable spectacle. Mieux, il offre au spectateur exactement ce qu'il voulait y voir. Et c'est peut être ce dernier point qui lui fait finalement le plus défaut.

La première heure du film est grandiose. On retrouve un sourire de gosse devant ces nouveaux personnages qui prennent le contre-pied de Luke, Leia et Han dans un jeu de miroir diablement intéressant. Le film est épique, lave complètement de la prélogie avec une production design qui envoie paître le tout numérique pour nous offrir des vrais décors, et de la CGI quasi invisible, au profit de maquillages et marionnettes old school.

Les clins d'œil et autres coups de coude aux fans sont amenés avec malice et élégance, et on y prend un pied monstrueux. Dommage que le film devienne un peu moins intéressant quand il ne s'occupe plus du nouveau cast, qui disparaît peu à peu quand le scénario doit se rattraper aux branches de la trilogie originelle.

Le film cale quelque peu, dans un ventre mou qui attriste un chouia, là où tout ce qui concerne la nouvelle histoire nous émerveille et nous transporte avec une générosité sans pareille. Le final, quant à lui, est un remake de l'épisode IV, toujours suivant ce jeu de miroir assez malin.

Le film est toujours dans le mouvement, dans le rythme, loin des longs tunnels de dialogues abscons de la prélogie. On retourne à la force comme entité mystique, et on bazarde midi-chloriens pour retourner en plein dans les principes du monomythe de Joseph Campbell.

Le scénario multiplie d'ailleurs les surprises qui érigent la trilogie d'origine et ses personnages en tant que réel mythe, dans un sous texte assez amusant. Ce nouvel épisode suinte le méta par tous ses pores, du réalisateur dont la pression de passer après la trilogie est trop forte, aux nouveaux personnages, garants de la survie de la saga, jusqu'à devenir un véritable élément du script, où ils vont jusqu'à vouloir abandonner, penser qu'ils ne vont pas réussir à succéder au trio d'origine, à la mythologie et à leur destinée.

Le film est d'ailleurs foisonnant, plein à craquer d'éléments restant encore bien mystérieux, et une deuxième vision ne sera pas de trop pour apprécier l'œuvre dans sa totalité.

On peut toujours lui reprocher quelques fautes de goûts, notamment dans le design de certains personnages, ou encore un deux ex machina bien embarrassant dans son final, mais le film reste ce spectacle grandiose, familial au sens noble du terme, tellement foisonnant que cela fait beaucoup à encaisser.

La transmission de pouvoir se fait de la plus belle des manières, et maintenant que cette partie est réglée, on attend avec encore plus d'impatience l'Episode VIII, qui sera, pour le coup on l'espère, une vraie proposition de renouveau.

Aussi, "Star Wars : Le Réveil de la Force" donne tellement aux spectateurs exactement ce qu'il voulait y trouver, celui-ci ne pourra pas s'empêcher d'en sortir avec une toute petite, minime déception dans un coin de la tête, faute d'une vraie prise de risque dans l'histoire, ou de véritables éléments nouveaux dans sa mythologie propre (même s'il y en a).

Le cœur d'un fan est une chose étrange…

Auteur :David Marmignon
Tous nos contenus sur "Star Wars : Le Réveil de la Force" Toutes les critiques de "David Marmignon"

ça peut vous interesser

Nightmare Alley : Sinueux et retors

Rédaction

The King’s Man : Nouvelle mission

Rédaction

Nightmare Alley : Le 19 janvier !

Rédaction