30 octobre 2020
Critiques

Star Wars – Les Derniers Jedi : Chemin de traverse

Le jour est enfin arrivé ! Celui où l'on se précipite tous vers les salles obscures afin de suivre à nouveau cette éternelle "Guerre des Étoiles" avec un huitième volet intitulé "Les Derniers Jedi". Et si le renouveau lancé par J.J Abrams reprenait ce que la trilogie initiale avait laissé comme de nouvelles bases, c'est à Rian Johnson d'emmener ces nouvelles figures à des dilemmes où il ne sera pu question de dualité entre le bien ou de mal mais entre le passé et le futur.

Reprenant là où le précédent volet s'était conclu, entre la lutte de la Résistance et l'arrivé de Rey sur l'île où vit Luke, "Les Derniers Jedi" se révèle comme étant un moment de flottement. À vrai dire, rien n'a réellement changé à la fin de ce nouveau volet, un sentiment de frustration se présente donc à la sortie de salle malgré ce plaisir intact à retrouver ces protagonistes attachants. Et pourtant, cette frustration s'envole une fois que nous comprenions là où Johnson veut réellement en venir au final...

Lorsque ce huitième volet a été vendu comme différent des autres chapitres, ce n'est pas pour un simple argument de communication vain. Disney a laisser carte blanche au réalisateur de "Looper" pour apporter une touche de singularité en prolongeant des thèmes chères à ce cinéaste. Beaucoup évoquent la fuite vers la fatalité traversant les personnages de Johnson et il est certain que celle-ci est présente tant le film n'atteint jamais les points où nous attendions à y être amenés. Et cela de manière spectaculaire tant nos émotions sont sans cesse chamboulées par nos attentes et ce qui arrive réellement. Certaines séquences attendues finissent par ne jamais apparaître au final. La communication autour de ce nouvel opus est exemplaire dans le sens qu'elle a réussi le pari à ne pas en dévoiler pour mieux nous surprendre.

Une fuite vers le fatalisme, cependant, mais qui n'évite pas son lot de tragédies, de trahisons et de combats particulièrement sombres. Ce que Rey cherche lors de sa rencontre avec un Luke plus assombri, l'équilibre entre la lumière et l'obscurité du pouvoir de la force,  se trouve en chacun des personnages centraux rencontrés au cours de ce film. Un équilibre qui crée des nuances et permettant ainsi la destruction de la limite entre le bien et le mal. Une ambiguïté se forge que ce soit chez la princesse Leia, Luke Skywalker, Rey, Kylo Ren ou même les nouveaux arrivants comme Amilyn Hando (joué par l'impériale Laura Dern) ou DJ, hacker prisonnier joué par Benicio Del Toro. Les choses deviennent de plus en plus compliquées et les choses ne sont pas forcément ce que l'on croit réellement.

On a toujours clamé qu'une inspiration au cinéma de Kurosawa était présente au sein de "Star Wars" et ici, difficile de ne pas repenser à la structure de "Rashomon" avec cette idée ingénieuse de raconter un même événement selon deux points de vues opposés. Ce procédé faisant rapidement douter de chacun des personnages, même d'un particulièrement cher au public. Un moment de bravoure parmi d'autres, dont le film n'est pas avare.

"Les Derniers Jedi" détonne par son audace donc, parvenant à se détacher du filet laissé par la franchise. Si parfois le film stagne dans le calibrage laissé par Disney (humour souvent placé au mauvais moment même si il est impossible de ne pas succomber à la mignonitude des Porgs), il est avant tout un film sombre et haletant, spectaculaire dans touts les sens du terme.  Le plaisir de retrouver nos personnages chéris est toujours là. La proposition de Johnson est réjouissante, mais il va falloir maintenant que la trilogie se conclue en avançant réellement si elle veut laisser une trace forte au sein de la franchise.

Auteur :Victor Van De Kadsye
Tous nos contenus sur "Star Wars - Les Derniers Jedi" Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"

ça peut vous interesser

Mulan arrive : Le 19 Août

Rédaction

Concours : L’Ascension de Skywalker

Rédaction

Artemis Fowl arrive !

Rédaction