16 septembre 2019
Archives Critiques

Starsky et Hutch : La critique du film

Une nouvelle fois des producteurs, quelque peu en panne d'inspiration, ont puisé dans le large stock des séries télévisées ayant connu un vaste succès afin de transposer les aventures des héros du petit au grand écran.

Cette tendance, amorcée au milieu des années 1980, a suscité plus de ratages que de réussites. Si, d'un côté, on ne peut que saluer le brio des "Incorruptibles" de Brian de Palma ou du "Fugitif" d'Andrew Davis, que penser du sort réservé à "Mission : Impossible" depuis le second opus ou encore au pauvre James West avec la trahison ultime qu'a représentée l'adaptation des "Mystères de l'Ouest" par le nullissime Barry Sonnenfeld ? Quant à John Steed, qui se souvient de Ralph Fiennes dans la transposition pour le cinéma de "Chapeau melon et bottes de cuir" ?

Aussi, la nouvelle avait fait grand bruit il y a maintenant deux ans : Ben Stiller et Owen Wilson (associé pour le 6ème fois au cinéma) reprenant les rôles légendaires des policiers hors normes qui ont marqué le paysage télévisuel américain de 1975 à 1979 ?! Voila qui pouvait laisser perplexe...

La bande-annonce, elle aussi, avait marqué les esprits : un peu de rétro, de dérision et un brutal retour en arrière pour une série qui, à notre souvenir, ne mettait pas autant en valeur l'aspect comique de ce duo de policiers un peu antagonistes.

Donc, au final, avec "Starsky et Hutch" version 2004, nous avons affaire à un buddy movie (film mettant en vedette un couple de flics) qui laisse presque l'impression d'avoir été conçu tel un épisode-pilote qui conduirait directement à la 3ème saison de la série (1977/1978), c'est-à-dire à un moment, où, l'aspect humoristique et plus cool des enquêtes de Starsky et de Hutch avait pris le pas dans les nouveaux épisodes diffusés sous la pression des associations de téléspectateurs qui jugeaient alors la série bien trop violente.

Si le scénario ne brille pas par son originalité, loin s'en faut, la grande réussite du film de Todd Philips est avant tout le casting qui fait mouche : en effet, Ben Stiller en David Starsky et Owen Wilson en Ken Hutchinson, c'est une excellente idée.

Le fait que William Blinn, le concepteur de la série, fasse partie de l'équipe de production, permet de donner à l'ensemble une continuité avec la série, continuité que ne peuvent qu'apprécier les nombreux fans des deux policiers à travers le monde.

Qui plus est, "Starsky et Hutch" est tourné avec des techniques de filmage similaires à celles qu'employaient les téléastes qui oeuvraient à la télévision américaine au milieu des années 1970 : Leo Penn, George McCowan et autres Earl Bellamy (George McCowan a, par exemple, tourné près d'un tiers des 90 épisodes de la série d'origine).

Dans cette perspective, plutôt que de céder aux terribles modes actuelles qui transforment les films en autant de mauvais vidéo-clips, Todd Philips a fait le choix de travellings optiques sur les bâtiments dans le cadre des scènes de transition ou bien encore il a demandé à Stiller et à Wilson de grimper sur les toits des voitures pendant les séquences de fusillades à l'instar de Glaser et de Soul qui se livraient à ce petit jeu dans au moins un épisode sur deux.

Un seul regret : il manque au film un véritable générique pulsé par une musique adaptée, tel qu'on pouvait le découvrir pour chaque épisode avec les arrangements musicaux de Lalo Schifrin et/ou de Tom Scott.

En définitive, une transition réussie avec en prime une apparition à la fin du film de Paul Michael Glaser et de David Soul, les deux comédiens apportant leur double caution finale à un projet au fond fidèle à l'esprit de la série.

Notons que, dans la version française, Glaser et Soul sont doublés respectivement par Jacques Balutin et Francis Lax comme dans la série version hexagonale. Une bonne idée pour les fans français.

Auteur :Christophe Dordain
Tous nos contenus sur "Starsky et Hutch" Toutes les critiques de "Christophe Dordain"

ça peut vous interesser

Starsky & Hutch : La série

Rédaction

Les Femmes de ses rêves : Trop basique

Rédaction

Pearl Harbor : A interdire au plus de 16 ans !

Rédaction