Archives Critiques

Sur la Piste du Marsupilami : Critique n° 1

 La deuxième adaptation de BD signée Alain Chabat, après un Astérix redoutable pour les zygomatiques, nous emmène donc "Sur la piste du Marsupilami". Et, encore une fois, c'est une belle réussite, drôle et efficace. Pour tous !  N'ayons pas peur des mots. Ce que touche Alain Chabat se transforme, à une ou deux notables exceptions près, en or. Et pourtant, ce projet de Marsupilami a bien failli ne jamais voir le jour. Projet pharaonique, albums mythiques et personnage... Disons complexe. La piste du Marsupilami était pleine d'embûches. Mais même un ovipare à la queue de 8m n'était pas de taille à se mesurer à l'esprit créatif de l'ex-Nul. La preuve.Alain Chabat a donc tout repris à zéro, pour mieux retrouver au final l'esprit de Franquin. Le voilà donc qui nous conte une histoire inédite. 

Celle de Dan Geraldo, reporter vedette en France, qu'on envoie comme un défi sur les traces de son premier scoop, dans la jungle palombienne. Cette fois, il a pour mission d'interviewer en exclusivité et en direct du pays, le chef d'une mystérieuse tribu locale, les Payas. Pour l'emmener à travers la jungle, on lui attribue un guide, Pablito. Pablito ? Un petit gars nerveux, un rien système D, un rien escroc. Et, cette fois, l'enjeu est de taille : si Dan ne ramène pas le scoop, c'est la porte qu'il prendra. Sauf que, sur la piste des Payas, les deux compères vont tomber sur un drôle d'animal, un légendaire mammifère à la fourrure jaune tachetée de noir. Il leur faudra aussi compter avec un dictateur fan de Céline Dion, un professeur qui ne veut pas vieillir et son assistante, et des gangsters kidnappeurs de perroquets. Une jolie compagnie pour une aventure menée tambour battant, dans laquelle se mêlent les chutes et les rebonds, la musique et l'animation, dans une forme qui respecte un bel esprit BD jusqu'à la bande son ultra-travaillée. 

Pour incarner tout ce petit monde, il fallait donc à Alain Chabat de sacrés acteurs, et il a réuni autour de lui une belle « famille » avec laquelle on passerait bien quelques dîners. Le duo de tête, Geraldo/Pablito, il le forme donc lui-même avec Jamel Debbouze. Une envie de jeu qu'ils partagent depuis "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre" et qu'ils assouvissent donc pleinement ici. Un duo qui fait des étincelles, dans le rythme et dans la vanne. Autour d'eux, un étonnant Lambert Wilson dictateur, un parfait Fred Testot, prof, et une impeccable, Géraldine Nakache, forment une bande de personnages dignes d'une BD, la profondeur en plus.  Et puis, bien sûr, il y a le Marsupilami, le vrai, que Chabat a fini par dénicher au fond de sa jungle. Le Marsu de son petit nom, adorable, bagarreur, félin... Il risque fort de faire craquer tout le monde. Pour les plus réfractaires aux grands yeux innocents, alors rassurez-vous. Ce n'est pas parce qu'il adapte une série souvent considérée comme enfantine qu'Alain Chabat en perd son sens de la réalisation, de l'à-propos et de la vanne. Drôle, profondément, ce Marsu l'est. Entre les références actuelles, le burlesque et une bonne dose de dialogues ciselés, il fait mouche. Sans oublier une foule de petits détails qui commandent une vision, une re-vision, une re-re-vision, une re-re-re-vision...
Auteur :Fadette Drouard
Tous nos contenus sur "Sur la Piste du Marsupilami" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"