19 septembre 2020
Archives Critiques

Sur la Route : Critique n° 1

Il est où l'ami brésilien qui nous avait enchanté avec son magistral "Central do Brasil" ? Perdu sur les sentiers obscurs d'un cinéma facile et racoleur, le Walter Salles qui savait nous entraîner au fin fond d'un pays main dans la main avec un enfant en quête d'identité.

Après l'icône gauchiste, Che Guevara, à la rencontre d'un peuple à sauver malgré lui dans "Carnets de voyage", le réalisateur se sentait les reins assez solides pour s'attaquer au monument littéraire de Jack Kérouac, Sur la route. Sulfureux et audacieux, le monument fondateur de la «beat generation» contenait matière à un brûlot idéologique à jeter à la face d'une société jugée sclérosée.

Résultat c'est le film qui sent le rance. Résumer le roman à un triptyque soûlographie, drogue et baise est pour le moins réducteur et rapidement lassant, surtout quand on sait que l'on va s'en prendre pour 2 heures 20. Et quel dommage de voir disparaître dans les rétroviseurs, à peine aperçus des Viggo Mortensen et autres Amy Adams eux profondément justes à la différence des rôles principaux totalement dépassés par l'enjeu !
Auteur :Régis Dulas
Tous nos contenus sur "Sur la Route" Toutes les critiques de "Régis Dulas"