Critiques

Taken 3 : Critique n° 2

Avant même d'avoir vu  "Taken 3", les plus sceptiques penseront « c'est le volet de trop ». Et ils auront raison. Olivier Mégaton, réalisateur français  ("Taken 2"; "Colombiana"), appuyé par Luc Besson (à la production), donne de nouveau vie aux personnages de Bryan Mills et de sa petite famille. Cependant, force est de constater que le succès de cette franchise s'essouffle tout comme son intrigue, plus banale et prévisible que jamais.

Bien qu'ayant clairement eu la volonté d'innover et de changer de registre, les scénaristes n'ont pas brillé question originalité. On devine tout par avance et le mobile du meurtre (dans ce 3ème opus il n'est plus question d'enlèvement, mais d'assassinat) semble bien fragile. Là où on peut être surpris c'est du côté du/des « méchants » : manipulation et mensonges sont au rendez-vous, mais émanent, cette fois-ci, d'une tierce personne jusqu'alors discrète (un des personnages secondaires). Petite nouveauté donc, néanmoins qui ne suffit pas à envoyer le film au sommet.

Notons toutefois qu'Olivier Megaton a l'art et la manière de rendre le tout divertissant et palpitant. Cascades, carambolages et fusillades s'enchaînent avec une rapidité déconcertante et font monter la sauce. Ces quelques scènes explosives, point fort du film, mettant en avant l'impitoyable et invincible Bryan Mills sont une nouvelle fois sublimées par l'interprétation magistrale et charismatique de Liam Neeson  ("Taken 1", "Taken 2", "Non Stop"). Film après film, rides apparentes, notre Oskar Schindler  ("La liste de Schindler", ce film d'exception...) tient toujours la forme et donne à lui seul, du corps à ce troisième dernier volet.

On « bénit» également l'arrivée de Forest Whitaker ("Zulu", "Le Majordome") qui apporte un souffle nouveau et une touche comique à un film qui aurait pu rester au placard. Toutefois, le mercantilisme fait tourner le monde et cette franchise rapporte gros donc pourquoi s'en priver ? Si on pousse  le raisonnement «anti –capitaliste », on dira même que le premier "Taken" se suffisait amplement à lui-même et que les deux qui ont suivi ont tout juste servi à remplir les poches de leurs créateurs. Cependant, il vaut mieux s'abstenir. Le cinéma, aujourd'hui, sert surtout à divertir le spectateur et, de ce côté, nul reproche ne peut être fait à ce volet final de la franchise.

Film à disposition dans les salles depuis le 21 janvier, mais nul besoin de se hâter !
Auteure :Céline Maréchal
Tous nos contenus sur "Taken 3" Toutes les critiques de "Céline Maréchal"

ça peut vous interesser

Men in Black International : Une erreur de costume

Rédaction

Luc besson et Anna arrivent

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 15 juin 2019

Rédaction