21 novembre 2019
Critiques

Tanguy, le retour : La critique du film

Critique du film Tanguy, le retour

par Victor Van de Kadsye


Edith et Paul mènent une vie tranquille : Moment de détente au soleil avec les amis, verres dans des bars à la cool et binge-watching pour rester « ché-bran » et regarder "Black Mirror" ou "The Affair".

Oui, on peut le dire, Edith et Paul ont beau avoir presque 70 ans, ils sont à l'image des spectateurs modernes issus de la génération Millenial. Et, du jour au lendemain, ils se retrouvent confrontés à un retour pas forcément voulu : Tanguy. Et ce couple, ainsi que nous, se serait bien passé de ces retrouvailles embarrassantes.

Personne n'avait demandé le retour de Tanguy. Si le premier a su créer un phénomène, avec l'expression même être un Tanguy pour désigner un adulte vivant encore chez ses parents, il ne brille quand même pas pour ses dialogues ou ses gags. Juste un petit plaisir de voir André Dussollier et Sabine Azéma à bout de nerfs, quitte à devenir sadique.

Dix-huit ans ont passé, une comédie plus libre et moins télévisée est devenue de plus en plus populaire en France. Et le retour d'Etienne Chatillez derrière la caméra relève d'un archaïsme assez préoccupant. Maniant l'économie des plans et des lieux, les retournements de situations et dialogues sont essentiellement basés à table autour d'une choucroute ou d'un petit déjeuner.

L'irrévérence que pouvait avoir le premier s'efface à coup de vannes répétés et faciles. C'est simple, on répète les gags violents du premier sans succès. Les seules vannes inédites sont celles de André Dussollier qui a du mal à uriner, pour vous situer le niveau de l'ensemble...

Pire encore ! "Tanguy; le retour" tombe dans le standard de la comédie française qu'on ne souhaite plus voir. C'est-à-dire qu'il va s'empêtrer dans les pires vannes racistes formalisées grâce à la "Philippe de Chauveron school". Accents imités et petites piques remplis de clichés, on soupire très rapidement devant ce festival.

On pourrait faire une rétrospective de toutes ces suites embarrassantes que personne ne demande mais qui sortent quinze plus tard avec des vedettes has-been. "Tanguy, le retour" côtoie les "Trois Frères, le retour" et autres "Visiteurs : La Révolution" dans une nouvelle comédie française qui a réussi à dépasser leur humour chauvin et désespérant.


ça peut vous interesser

J’ai perdu mon corps : Et mon temps…

Rédaction

Joyeuse Retraite : Ciné’Pad

Rédaction

Adults in the room : La critique du film

Rédaction