30 juillet 2021
Critiques

Taxi 2 : Une suite ratée

Après l'accueil triomphal réservé à "Taxi" il y a quelques années, et attiré par la perspective d'un second succès facile, Luc Besson et son équipe n'ont donc pas pu résister au plaisir de lui donner une suite et voici donc "Taxi 2". La difficulté commune à toutes les suites, c'est de parvenir à garder les éléments à l'origine du succès du premier opus tout en renouvelant suffisamment le scénario pour éviter la redite. Tout part plutôt bien, le conducteur volubile et le policier maladroit sont donc fidèles au poste, de même que les divers représentants de la faune locale au nombre desquels l'inénarrable commissaire et toute sa clique.

Le scénario de "Taxi 2", signé Besson lui-même, est pour ainsi dire inexistant et se contente d'aligner les gags parfois pesants et les morceaux de bravoure souvent grotesques (le coup de la voiture volante est vraiment à la limite du ridicule). Pour le reste, pas de surprise, le mélange de bonne humeur, d'humour grand guignol et de poursuites automobiles effrénées fait toujours son petit effet. Cependant, "Taxi 2" déçoit, la surprise passée, les blagues de potache n'amusent plus tant que ça et tout compte fait, les poursuites, si elles restent bien chorégraphiées (Rémy Julienne oblige), sont plutôt mal filmées par Krawczyk, notamment au vu de celles de "Ronin" par exemple (John Frankenheimer, c'est quand même d'un tout autre niveau derrière la caméra et le cinéaste américain l'a largement prouvé à de nombreuses reprises).

Reste avec "Taxi 2"un petit bout d'ambiance bon enfant et plutôt joyeuse qui faute de combler pourra amuser. Une suite ratée qui risque malgré tout d'être un des gros succès de l'année la faute à un public qui manquera d'exigence en la circonstance.  

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Taxi 2" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Annette ‌:‌ ‌À la vie, à la mort

Rédaction

Annette : Le film qui vous en mettra plein les mirettes

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 10 juillet 2021

Rédaction