Archives Critiques

The Artist : Une belle déclaration d’un amoureux du cinéma

Par Claire Bara


Réaliser un film muet en noir et blanc sur l'âge d'or du cinéma hollywoodien, telle était l'idée un peu farfelue du réalisateur Michel Hazanavicius. Un pari audacieux réussi haut la main…

"The Artist" est avant tout une histoire d'amour entre George Valentin (Jean Dujardin) star du muet des années 20 sur le déclin et d'une figurante débutante, Peppy Miller (Bérénice Bejo), devenue une actrice connue et reconnue grâce à l'arrivée du cinéma parlant.A l'heure des blockbusters bruyants et des comédies romantiques polluées de chansons sirupeuses, on avait oublié à quel point un certain pan du cinéma contemporain mettait en arrière-plan l'intelligence des spectateurs.

Hazanavicius a, au contraire, avec "The Artist" décidé d'interpeller et de s'amuser au maximum avec leurs sensibilités. Pour cela, il privilégia une création visuelle des plus palpables grâce à une esthétique soignée, une mise en scène futée (ellipse, intertitre à double sens) et surtout le jeu instinctif des comédiens. La scène lorsque Peppy glisse sa main dans la manche d'une veste de George Valentin pour se caresser, parle d'elle-même. Tout n'est que charme, désinvolture, espièglerie. Tantôt mélodrame, comédie romantique et même pourquoi pas un exercice de style.

"The Artist," c'est un cadeau pour Jean Dujardin. L'acteur aux multiples mimiques et autres élasticités interprète un homme face à une peur de l'échec, démuni de paroles, son seul véritable langage passe par le corps. Par conséquent, une évidence habite le film. Entre Jean Dujardin l'acteur fétiche de Hazanavicius et George Valentin, il existe une ambiguïté identitaire. Comme si le réalisateur avait désiré tracer un portrait en filigrane d'un Dujardin, au sommet de sa carrière, lui offrant un magnifique rôle sans perdre à l'esprit la possibilité d'un échec lié à ce projet « muet ». Le Festival de Cannes a offert un véritable tremplin à un film estampillé « fragile » sur le papier. Un risque assumé par Michel Hazanavicius comme un message vers le public mais aussi un espoir de reconnaissance plus légitime de la profession. Jean Dujardin dit, lui, profiter de ce film pour sortir des sentiers battus. Son prix d'interprétation au dernier Festival de Cannes semble lui donner raison…

Dans le duo complice formé avec l'actrice Bérénice Bejo, on retiendra ces danses telles des parades amoureuses, qui ne sont pas s'en rappeler le duo mythique Fred Astaire et Ginger Rogers. "The Artist" est finalement une belle déclaration d'un amoureux du cinéma. 
Tous nos contenus sur "The Artist " Toutes les critiques de "Claire Bara"

ça peut vous interesser

Des Oscars à voir sur Salto

Rédaction

OSS 117 : Il revient !

Rédaction

Le Prince Oublié : Les coulisses du tournage

Rédaction