26 novembre 2020
Archives Critiques

The Barber : La critique du film

"The Barber" est probablement le film le plus décevant des Coen Brothers, non pas le plus mauvais car les frangins sont trop malins pour commettre une oeuvre banale, mais plutôt un film symptôme de l'asphyxie de leur cinéma.

En effet, même si leurs derniers films ("The Big Lebowski" ou "O'Brother") conjuguaient humour et virtuosité, ils témoignaient d'un système forclos où scénario et mise en scène, aussi impeccables qu'ils soient, ne laissaient aucune place au hasard. Loin de la fascinante ambiguïté de "Barton Fink", leur meilleur film à ce jour.

Pour en revenir à "The Barber", ce dernier souffre assurément de la comparaison avec certains de leurs films précédents, inspirés eux aussi par le genre série noire qui fit florès à Hollywood dans les années quarante-cinquante.

Car, au regard de "Millers Crossing" ou "Fargo", "The Barber" avance sur un rythme atone (certes en adéquation avec le personnage principal) plombé par une trop grande préciosité de la mise en scène.

Directement inspiré des histoires de James M. Cain, le récit est curieusement linéaire et quasiment dénué de suspens, alors que la structure des nouvelles et romans de Cain est souvent d'une grande complexité narrative.

Si la voix off est celle d'un homme mort (Ed Crane, "l'homme qui n'était pas là"), on est loin de la voix d'outre-tombe du crépusculaire "Sunset Boulevard" arpenté par Billy Wilder.

Reste la mise en scène, vitrine alléchante mais vide sublimée par un noir et blanc somptueux. Soit juste un superbe hommage stylistique, malheureusement désincarné, au film criminel. Autre consolation, la réjouissante interprétation des comédiens.

Ainsi, en dehors de la belle composition de Billy Bob Thornton en looser taiseux, le spectateur pourra découvrir de stupéfiants seconds couteaux du cinéma américain, venus de série télé, comme James Gandolfini, mafioso dans "The Soprano", ou Michael Badalucco, avocat dans "The Practice".

Auteur :Patrick Beaumont

Tous nos contenus sur "The Barber" Toutes les critiques de "Patrick Beaumont"

ça peut vous interesser

Le Dernier Château : A mon commandement, repos !

Rédaction

Un long dimanche de fiançailles : Audrey for ever

Rédaction

Vincent Lacoste en interview pour Mes jours de gloire

Rédaction