20 juillet 2019
Critiques

The Grand Budapest Hotel : Une délicieuse aventure

La nouvelle loufoquerie splendide de Wes Anderson !

Lorsque que j'ai lu pour la première fois le synopsis du film dans un prospectus distribué au hasard d'une ruelle, je me suis dis sur un ton ironique : « voilà un américain tellement fasciné par l'Europe qu'il a adopté son cinéma fade et ennuyeux.» Car, oui, je dois l'avouer, le nom de Wes Anderson ne me disait rien. "The Grand Budapest Hotel" a donc été pour moi le premier film Wes-Andersonien de ma vie. Et qu'elle première fois !

Le début nous plonge dans une époque anciennement moderne, au fin fond d'une région de l'Europe sans grand intérêt. Nous y rencontrons un jeune écrivain, (interprété par Jude Law) qui passe du temps dans ce temple de mauvais goût, nommé The Grand Budapest Hotel. Tout est dénué de dynamisme, tout est mort et pesant, jusqu'à que ce que le réalisateur nous plonge dans un univers abracadabrantesque. Tout se bouscule. Tout est animé de vie. Nous suivons un jeune Lobby Boy, qui débute au sein de cet hôtel avec pour mentor un des personnage les plus loufoque que l'on est vu au cinéma.

Dès le début, le ton est donné. Nous aurons affaires à un film burlesque, une odyssée sans équivalent qui va nous faire voyager dans la vieille Europe, avec pour compagnons des personnages ahurissants. Un maître d'hôtel (interprété par Ralph Fiennes) complètement dévergondé et dépourvus de tout sens moral; un lobby boy soumis (interprété par Tony Revolori) ne comprenant pas très bien les moeurs de ce continent; et un amoncellement de personnages, tout aussi absurdes que caricaturaux, joué par un casting prodigieux.

"The Grand Budaspest Hoetl" se passe sur fond d'un vol de tableau et d'un conflit d'héritage, nos deux personnages se retrouvent alors entrainés dans une folle aventure où tout va leur arriver, d'une rencontre avec une séduisante pâtissière à un contrôle de douanes musclé, et même par un passage à la case prison. Autant dire, qu'ici, Wes Anderson à juste voulu nous en mettre plein les yeux, ce qu'il réussit haut la main.

Alors, à tous les amateurs de folies, d'extravagances, de fureur, d'hallucinations, allez vous enivrer de cette délicieuse aventure que nous a concoctée le fabuleux Wes Anderson.
Auteur : Rémi Brienne
Tous nos contenus sur "The Grand Budapest Hotel" Toutes les critiques de "Rémi Brienne"

ça peut vous interesser

Brad Pitt en astronaute dans Ad Astra

Rédaction

Meurs, monstre, meurs : La critique du film

Rédaction

The Dead Don’t Die : La critique du film

Rédaction