Critiques

The Immigrant de James Gray : La critique

Dans "The Immigrant", James Gray nous plonge dans le New York des années 20 en offrant aux spectateurs une vraie beauté visuelle.

A l'aide de la sublime photographie de Darius Khondji ("Seven", "My blueberry nights", "Amour"), le cinéaste capture ce New York des bas-fonds où vivent les populations les plus pauvres, souvent immigrées et dont les femmes sont généralement forcées à la prostitution.

Gray filme aussi les théâtres de variétés, les coulisses, les paillettes, les costumes, les couturières, les spectacles de magie, mais surtout une ambiance nocturne à Manhattan. La lumière du film, proche des teintes sépia de vieilles photos jaunies fait son effet.

Esthétiquement, la reconstitution historique est réussie (lumière, photo, image ocre, décors, costumes, un millier de figurants). De beaux tableaux visuels reflètent justement le New York du début de XXème siècle.

En revanche, le fond historique est inexploré, quel dommage ! Le film aborde pourtant le thème des nouveaux arrivants à Ellis Island de 1892 à 1924. Mais non ! On n'apprend rien à ce sujet.

Seule la première scène de "The Immigrant" nous montre le débarquement de milliers d'immigrés à Ellis Island et un personnage principal (Joaquim Phœnix) qui y recrute des femmes célibataires auxquelles on refuse l'entrée aux Etats-Unis et les enrôle dans son harem.

La musique (Puccini, Gounod, Wagner) est belle, mais omniprésente dans ce film; elle cache en réalité un scénario bien pauvre, une histoire plate dénuée d'intérêt, sans aucun rebondissement, ni rythme.

Marion Cotillard ne s'exprime qu'en pleurant et le personnage de Joaquim Phœnix manque de crédibilité. On ne croit pas une seule seconde à l'amour que le personnage principal peut éprouver pour l'héroïne. C'est tordu.

La fin du film prend une tournure ridicule. Beaucoup de naïveté dans l'écriture de cette histoire. Ce mélodrame américain est donc finalement très simpliste. L'esthétisme à lui seul ne suffit pas !

Auteur :Diane Jacquin
Tous nos contenus sur "The Immigrant" Toutes les critiques de "Diane Jacquin"

ça peut vous interesser

Un long dimanche de fiançailles : Audrey for ever

Rédaction

Concours Bluray : Ad Astra

Rédaction

Ad Astra en Bluray

Rédaction