22 septembre 2020
Critiques

The Perfect Candidate : La critique du film

Par Léa Delaplace


« Il faut qu’elles apprennent à se débrouiller toutes seules », tel est le paradoxe de "The Perfect Candidate", le dernier film teinté d’humour de la réalisatrice saoudienne Haifaa al Mansour. Sa dernière production cinématographique aborde la condition féminine (mais pas que !) dans son pays sans en appeler pour autant à la compassion des spectateurs, ni à leur indignation…

Après "Wadja", Haifaa al Mansour opte pour une protagoniste plus âgée : Maryam, une jeune saoudienne docteur, dont le visage est drapé d’un niqab. Femme, elle se voit régulièrement mise à l’écart dans le traitement de patient. Sa condition la rattrape de nouveau lorsqu’elle souhaite prendre un vol pour Dubaï, suivant son envie de carrière. Son autorisation de voyager n’est plus valable, et seul son tuteur légal peut intervenir. Pour y remédier seule, elle décide alors de s’engager sur une voie traditionnellement masculine : la politique. Elle se lance, accompagnée de ses deux sœurs, dans les élections municipales. La campagne électorale en dix étapes dégotées sur internet ne s’annonce pas comme un long fleuve tranquille.

Suggérer plutôt que montrer signe bien ce long-métrage. Exprimer sans oppresser. Le spectateur observe, découvre aussi parfois, une société patriarcale dont les dogmes sont parfois critiqués. Maryam court après une certaine émancipation sans chercher pour autant à renier les traditions du monde dans lequel elle vit. Face à la difficulté pour une femme d’être entendue et parfois reconnue pour ses compétences, la jeune docteur n’hésitera pas à faire ses preuves, convaincue que la société peut évoluer. Même si la victoire électorale semble perdue d’avance, là n’est pas le sujet. Haifaa al Mansour s’évertue à prôner le courage et l’envie de changement bien plus que le résultat. Il ne suffit que de « changer les mentalités » !

critique-the-perfect-candidate1
(De gauche à droite) Dae Al Hilali, Mila Alzahrani et Nourah Al Awad - Copyright Razor Film

Discrètement, les outils numériques apparaissent comme des moyens d’accompagner l’évolution de la société tout en maintenant le cadre social. L’historique séparation en Arabie Saoudite entre hommes et femmes lors des mariages, des meetings politiques ou dans les mosquées est révolutionnée par la visio-conférence dont use ponctuellement Maryam. Ruser pour déjouer les traditions qui contraignent la condition de la femme et sa parole. Ses sœurs illustreront à merveille l’usage moderne de l’image et du son et celui des réseaux sociaux selon les codes saoudiens.

"The Perfect Candidate" (distribué par Le Pacte) déroule une bribe de vie de Maryam, mais également de ses deux sœurs et de son père. Musicien et chanteur en tournée pendant la campagne, le parallèle est constant tout au long du film révélant la facilité de la figure paternelle dans la réussite, bien que tourmenté par l’émancipation de ses filles. Une contrebalance au chemin périlleux pris par l’une d’entre elles.

En langue originale (en arabe) de préférence, ce film est à voir en salle tant pour son histoire que pour son message. Divertissant par les touches humoristiques, son ton n’est pas trop grave bien que le sujet mérite l’attention et l’action de tous.

Tous nos contenus sur "The Perfect Candidate" Toutes les critiques de "Léa Delaplace"

ça peut vous interesser

Petit Pays : La fin de l’innocence

Rédaction

Mignonnes : Une claque aux multiples ressorts

Rédaction

Le Procès : Plongée dans un système judiciaire

Rédaction