18 novembre 2019
Critiques

The Walk – Rêver Plus Haut : La critique du film

The walk : perdre pied ?

Belle année pour le grand Robert Zemeckis : en plus de l'arrivée des héros cultes de "Retour vers le futur" le 21 octobre dernier, le réalisateur revient sur le devant de la scène avec "The Walk". Narrant l'histoire (vraie, bien entendu) de Philippe Petit (Joseph Gordon-Levitt / "Don Jon", "Inception"), le funambule français qui va tout faire pour accomplir son plus grand exploit : traverser les deux tours du World Trade Center sur un fil tendu à plus de quatre-cents mètres de hauteur.

Si monsieur Zemeckis est surtout connu pour du divertissement populaire, il se démarque par les nombreuses innovations techniques qu'il a pu permettre : le mélange d'images de film et d'images animées ("Qui veut la peau de Roger Raabbit ?") ou d'archives ("Forrest Gump"), le dédoublage d'acteurs dans "Retour vers le futur 2", l'utilisation de motion capture ("Beowulf", "Le Pôle Express" et "Le Drôle de Noël de Scrooge"), il ne fait pas exception ici avec les longues traversées du fil, scène qui rembourse déjà le prix de votre ticket de cinéma. Sentir toute une salle sous tension, voir la crainte de la chute dans les yeux de la personne qui vous accompagne, avoir l'impression d'avoir (sans mauvais jeu de mots) sa vie qui ne tient qu'à un fil alors même que l'on est assis, sentir sous nos pieds une ville vivre, telle est la sensation éprouvée lors de ses vertigineuses minutes. Evidemment, le film a bien plus de bons points et sait avoir la patience d'attendre pour jouer son plus grand atout...

En effet, "The Walk" est porté par deux autres piliers qui donnent toutes leurs résonances au film. Tout d'abord, la superbe interprétation de Joseph Gordon Levitt, parlant français avec un léger accent pardonnable (je rêverais de parler aussi bien anglais que lui français), qui joue un personnage attachant et intéressant, ce qui permet de craindre réellement pour sa vie, même en connaissant la fin de l'histoire. De quoi lui faire miroiter l'Oscar peut être, au vu des goûts de l'Académie pour les biopics. Le second pilier, plus dramatique, est l'attentat qui a eu lieu le 11 septembre 2001 et qui a vu la chute des deux tours en plein New York. Les Twin Towers forment un personnage à part entière dans l'histoire, défiant Petit à de nombreuses reprises d'accomplir son projet fou. Elles sont même filmées comme un être déjà au courant de sa tragique destinée, le tout appuyé par une scène finale amère, prouvant que la place qu'elles ont laissée ne sera jamais comblée dans le cœur des américains.

Un grand divertissement, un grand film même, "The Walk" est une expérience à vivre dans une salle de cinéma et qui va transporter votre siège à des centaines de mètres d'altitude. Alors, venez risquer le vertige…
Auteur :Liam Debruel
Tous nos contenus sur "The Walk – Rêver Plus Haut" Toutes les critiques de "Liam Debruel"

ça peut vous interesser

Retour à Zombieland de Ruben Fleischer : La critique

Rédaction

Vin Diesel est Bloodshot

Rédaction

Once Upon a Time… in Hollywood : La critique du film

Rédaction