7 décembre 2021
Archives Critiques

There Will Be Blood : Le sang de la perfection !

"There Will Be Blood" débute par un plan purement extraordinaire. 15 minutes de silence pendant lesquelles Daniel Plainview (extraordinaire Daniel Day Lewis) creuse la terre pour tenter d'y trouver l'or noir, celui qui focalise toutes les attentes. Une séquence ahurissante tellement elle tranche d'emblée avec ce que le cinéma hollywoodien a pu nous montrer depuis quelques années. C'est un face à face du spectateur avec le personnage d'une force terrible, plus efficace que n'importe quel long dialogue d'exposition, plus efficace que n'importe quelle voix off. De main de maître Paul Thomas Anderson nous attrape par le coeur et nous attache à Daniel Plainview pour deux heures trente. Ce n'est pas rien...

Ce qui nous tient aussi dans ce "There Will Be Blood" c'est la force de chaque plan. Cadrage, lumière, et surtout mise en scène, tout est parfait et le cinéaste nous promène d'émotion en émotion avec une facilité déconcertante. Des larmes au rire ironique, au cynisme, au choc, il nous balade, nous prend par le bout du nez et on aime ça. Impossible de se détacher de ces images, de cette histoire. Il faut dire que l'adaptation du livre Oil ! d'Upton Sinclair a été remarquablement travaillée par Paul Thomas Anderson. Se concentrant sur le personnage de Daniel Plainview, il tire toute l'universalité de cette histoire de magnat du pétrole qui se perd dans son propre pouvoir.

Face à lui il place un personnage à la fois intriguant et inquiétant, Eli Sunday, prédicateur de la petite ville que Plainview exploite. Paul Dano, vu dans "Little Miss Sunshine", crée pour ce rôle un personnage surprenant, mais néanmoins parfait. Tout comme le reste du casting, il est dans une sobriété époustouflante, plus efficace que n'importe quel actor's studio. Dans l'interprétation il nous fait penser à un Viggo Mortensen des grands jours, d'ailleurs les deux grands acteurs semblent avoir le même profil touche à tout et travaillent dans une immersion équivalente leurs rôles.

Scénario, mise en scène, acteurs, etc. Tout est donc parfait, et on ne voit pas ce qu'on pourrait reprocher à "There Will Be Blood". Et histoire de nous achever, Paul Thomas Anderson a confié sa bande originale à Johnny Greewood, guitariste de Radiohead. Une bande son orchestrale sans être grandiloquente ou redondante, voilà ce qu'il nous propose, rien de moins...

Auteure :Fadette DrouardTous nos contenus sur "There Will Be Blood" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"

ça peut vous interesser

Zack Snyder’s Justice League : 4K UHD

Rédaction

Daniel Day Lewis sur TCM

Rédaction

Agathe Cléry : Une comédie vacharde

Rédaction