5 décembre 2020
Critiques

Un Beau Dimanche : Critique

Pour son nouveau long-métrage, "Un Beau Dimanche" (distribué par Diaphana Distribution), la réalisatrice Nicole Garcia réunit deux solitudes dans un seul film. Il y a ce professeur silencieux et étrange et cette une mère de famille déboussolée. Ces deux personnages bruts vont vite se comprendre et c'est un véritable coup de foudre. Pas sur le plan amoureux, mais au niveau des caractères. Chacun veut vivre sa vie sans avoir de poids aux chevilles. Toujours être en mouvement et rencontrer des nouvelles personnes, voir des paysages. Etre libre. Toutefois, rapidement, les barrières de la famille se glissent entre ces héros sauvages et sensibles. Tous deux devront faire face aux interrogations et reproches de leurs proches. Finalement, ces deux électrons ne seront pas si libres que ça. Ils essayeront de batailler pour leur choix de vie mais la confrontation s'annonce déjà rude.

Ce combat est représenté par cette lutte des classes. Si lui vit dans un milieu bourgeois, elle reste dans un milieu modeste. Ces opposés s'attirent puisque l'un et l'autre vivront l'expérience de vivre de l'autre. Dans ces séquences, le spectateur peut sentir un malaise chez les protagonistes. C'est un grand écart et cela donne tout l'esprit du film. Se découvrir en intégrant un « autre monde ». Mais ils apprennent sur eux-mêmes notamment avec le dévoilement de secrets de famille. Les lourds poids du passé participent à leur évolution et à leur transformation. Cette « immersion » dans les milieux sociaux nous questionne sur notre rapport avec les autres. Connaissons-nous vraiment ? Qui est l'autre ? Est-il sincère avec nous ? Ce film est une sorte de thérapie pour réapprendre à connaître les gens qui nous entourent.

Dans ce long-métrage simple et intimiste, Nicole Garcia n'abandonne pas le spectateur. Il les encercle dans les relations entre les personnages. Nous pouvons constater une forme d'abandon qui se joue entre la famille et les personnages principaux. Le spectateur sent le vide et le sentiment de malaise entre eux. Ces silences et ces jeux de regards montrent cette inquiétude. La scène de la réunion de famille témoigne de cette incompréhension et ce désir ne pas rentrer dans une case. L'abandon d'une mère, d'un fils et d'un père sont au centre de ce dimanche de Pentecôte, au sud de la France. Il y a une violence intérieure et extérieure chez cet homme et cette femme.

"Un Beau Dimanche" est une œuvre sensible, riche et intelligente. La famille et l'amour sont au cœur des intrigues. Plus libre et plus souple, Nicole Garcia réussit à filmer de vrais sentiments, des coups de foudre et des coups de griffe. La cinéaste d'"Un balcon sur la mer" nous dresse une fin ouverte qui interroge le spectateur.

Auteur :Joris Naessens
Tous nos contenus sur "Un Beau Dimanche" Toutes les critiques de "Joris Naessens"

ça peut vous interesser

Été 85 : Du soleil en Blu-ray !

Rédaction

Matthias & Maxime : En bluray

Rédaction

Matthias & Maxime : Concours Bluray

Rédaction