28 octobre 2021
Archives Critiques

Un Crime au Paradis : Distrayant

Il y a Jojo et il y a Lulu. Ils vivent ensemble au Paradis. Enfin presque. Eleveurs-cultivateurs dans un petit village tranquille, leurs vies pourraient être agréables si ils ne se détestaient pas cordialement. Lulu, mégère cruelle et tyrannique passe ses journées à boire et à ourdir des plans toujours plus méchants pour embêter celui qui est encore son mari aux yeux de la loi. Une loi vers laquelle Jojo, désespéré par le harcèlement que lui fait subir jour après jour son horrible femme, va se tourner en la personne de maître Jacquard, brillant avocat.

En allant le voir et en confessant un meurtre qu'il n'a pas commis, Jojo Braconnier espère tirer de lui des informations susceptibles de l'aider à commettre le meurtre parfait et à éviter la guillotine (on est en 1980). Revenu au Paradis, Jojo suit les explications de l'homme de loi et se constitue prisonnier... Tout cela vous dit quelque chose ? C'est normal, "Un crime au Paradis", le nouveau film de Jean Becker, n'est rien d'autre que le remake de "La poison", réalisé par Sacha Guitry en 1951, avec Michel Simon et Germaine Reuver.

Après "Les Enfants du Marais", le réalisateur continue de s'intéresser au microcosme paysan et rural, cette fois-ci à travers la lunette du crime. Si André Dussollier, Jacques Villeret et Josiane Balasko tiennent la route dans leur rôles respectifs (il faut voir Jojo raconter la chèvre de monsieur Seguin à ses biquettes et Jacquard s'extasier à l'avance devant le cas qu'il défendra), parvenant à faire sourire plus qu'à leur tour, le profil psychologique, pourtant diablement intéressant, de leurs personnages passent vite à la trappe au profit d'une peinture aussi rapide que grossière des motivations de chacun d'entre eux. Même les dialogues (pourtant très fins et très savoureux) de Sacha Guitry ont été remaniés et la réflexion (bien que légère) entre le crime et les devoirs devienne une comédie facile et quelque peu simplette.

Ainsi, "Un crime au paradis" est-il donc un film, certes distrayant, mais également limité dans son contenu final.

Auteur :Guillaume BranquartTous nos contenus sur "Un Crime au Paradis" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 septembre 2021

Rédaction

Tout s’est bien passé : L’émotion du raffinement et de la simplicité

Rédaction

Tout s’est bien passé : Pas de pleureuse

Rédaction