17 juillet 2019
Critiques

Un Homme très recherché : Critique n° 1

"Un homme très recherché" fut présenté au festival de Sundance au début de l'année 2014 ainsi qu'à Deauville récemment. La nouvelle réalisation d'Anton Corbijn (auquel on doit "The American" par exemple avec George Clooney) est à la fois l'un des derniers films de Philip Seymour Hoffman, tragiquement disparu en février, mais aussi et avant tout une adaptation d'une nouvelle de John Le Carré servie par une distribution artistique solidement constituée et finalement un très bon film d'espionnage, lorgnant parfois vers un aspect documentaire.

En effet, nous sommes ici bien loin des clichés vus dans les aventures de James Bond dans "Casino Royale" et/ou des exploits de Jason Bourne dans "La mémoire dans la peau", où le métier d'espion s'avère plus relever d'une activité de surveillance et de collecte d'informations que la participation à des opérations musclées ayant pour but d'éliminer physiquement l'ennemi. Ainsi, pendant toute la durée du film, je n'ai pu m'empêcher de penser à "Agents Secrets" de Frédéric Schoendoerffer par exemple.

Hormis une réserve que l'on peut avoir et qui concerne le fait que tous les protagonistes s'expriment en anglais alors que certains interprètent des agents secrets travaillant pour le compte de l'Allemagne fédérale, la principale réussite de "Un homme très recherché" est de plonger le spectateur dans une histoire où deux univers qui n'auraient jamais dû se rencontrer finissent par se téléscoper et s'unir sous la pression des événements. D'un côté, les services de renseignements allemands dirigés par Philip Seymour Hoffman et de l'autre, le monde des civils avec une avocate idéaliste et un banquier quelque peu retors en figures de proue.

S'appuyant sur un scénario à la fois rigoureux dans son architecture sans pour autant être trop complexe à suivre, "Un homme très recherché" est porté par la carrure d'un Philip Seymour Hoffman dont on pourrait redouter qu'il tombe dans le piège d'un certain cabotinage mais qui, bien au contraire, incarne à merveille la tension de cet agent dont la collecte d'informations, notamment financières, demeure la matière première, sa raison de vivre au fond.

Cigarette constamment au bec, consommant de l'alcool dans des proportions qui renvoient l'agent 007 au stade de gentil amateur, l'agent secret allemand Günther Bachmann est en permanence en mouvement, tel un bulldozer inarrêtable, jusqu'à un final à la fois déroutant et réaliste...

S'inscrivant dans une veine vériste, "Un homme très recherché" est à la fois une réussite formelle (Corbijn ayant fait le choix d'éviter toute fioriture superflue dans sa mise en scène) et dramatique puisque, en plus de Hoffman, les autres comédiens sont au diapason et plus particulièrement Robin Wright alias Martha Sullivan de la C.I.A.

Même si l'on peut quand même déplorer que d'autres personnages soient trop rapidement esquissés, et donc mis en lumières, (tel celui de Daniel Brühl), "Un homme très recherché" est passionnant à suivre de bout en bout.
Auteur :Christophe Dordain
Tous nos contenus sur "Un Homme très recherché " Toutes les critiques de "Christophe Dordain"

ça peut vous interesser

Aquaman en DVD à gagner !

Rédaction

Aquaman : Une nage à contre-courant

Rédaction

Otages à Entebbe

Rédaction