Critiques

Un Homme très recherché : Critique n° 2

Anton Corbijn avait réalisé il y a quelques années un magnifique film retraçant la trop courte vie de Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, "Under Control" (d'ailleurs rien que d'y penser ça me prend encore une fois au coeur).

C'est pourquoi j'avais hâte de découvrir son troisième film, "Un Homme Très Recherché", même si ce dernier n'avait a priori pas grand chose à voir, puisqu'il est tiré d'un livre de John Le Carré (adapté de nombreuses fois au cinéma, la dernière en date étant "La Taupe").

La Guerre froide étant terminée, les cinéastes ont dû trouver d'autres sources pour alimenter les films d'espionnage et désormais, ce sont les terroristes musulmans qui sont sur le devant de la scène. Cela donne d'ailleurs parfois de grands films, comme récemment "Zero Dark Thirty".

Le film d'Anton Corbijn n'aura sûrement pas le même impact que celui de Kathryn Bigelow, mais il n'en reste pas moins un film d'espionnage efficace et haletant (certaines scènes m'ont causé un certain stress), avec un scénario bien ficelé.

D'ailleurs, la réalisation froide (Corbijn ne cherche pas à nous en mettre plein les yeux, il va à l'essentiel) et du coup assez simple du cinéaste permet de fluidifier le récit et de suivre sans problème l'intrigue. Ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas des films d'espionnage, notamment, par exemple, avec "La Taupe", où la complexité du scénario avait perdu en chemin un certain nombre de spectateurs.

Enfin, le film est porté par un acteur extrêmement talentueux, décédé en début d'année, Philippe Seymour Hoffman, qui a rarement eu les premiers rôles au cinéma ("Truman Capote", pour lequel il a eu un Oscar et un Golden Globe semble être le seul), dont l'implication est telle dans ce film qu'on a l'impression qu'il va nous claquer entre les doigts (entre ses coups de gueule énormissismes ou ses courses poursuites, où il a l'air réellement à bout de souffle).

Les autres acteurs américains ne sont cependant pas en reste sur le plan de l'interprétation, que ce soit William Dafoe, Rachel McAdams ou Robin Wright.

Il est dommage que les acteurs allemands n'aient pas été plus mis en avant car leurs rôles restent assez sommaires et leurs personnages peu consistants (que ce soit celui de Daniel Brühl, Nina Hoss, qui nous avait révélé tout son talent dramatique il y a deux ans dans très beau "Barbara", ou Rainer Bock.

A noter la présence du chanteur allemand à succès, Herbert Grönemeyer, pour les fans, d'autant que les personnages principaux étant allemands, il aurait été préférable qu'ils soient interprétés par des allemands jouant dans leur propre langue.

En résumé, un film qui redonne ses lettres de noblesse au genre espionnage, grâce à un scénario crédible et un acteur principal habité, et que je recommande vivement.

Auteure :Karine Lebreton
Tous nos contenus sur "Un Homme très recherché " Toutes les critiques de "Karine Lebreton"

ça peut vous interesser

Brooklyn Affairs : A gagner en Bluray

Rédaction

Sa dernière volonté : Vaut la peine de l’exaucer

Rédaction

Brooklyn Affairs : La critique du film

Rédaction