28 janvier 2021
Archives Critiques

Un long dimanche de fiançailles : Nourri d’espoir

Parce que "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" restera à jamais gravé dans les mémoires, parce qu'"Un long dimanche de fiançailles" a été largement encensé par les médias depuis déjà de longs mois et auréolé de succès avant même sa sortie en salle, on attendait le film de Jean-Pierre Jeunet comme on attend un chef-d'œuvre… Mais à trop placé d'espoirs dans un film, le danger est bien évidemment d'être déçu à l'arrivée…

Oui, "Un long dimanche de fiançailles" est un grand film, mais pas LE grand film qu'on attendait. La raison ? Après "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain", forcément, nous sommes devenus très exigeants envers Jean-Pierre Jeunet et d'aucuns ne manqueront pas de lui reprocher ce qu'ils passeraient outre s'il s'agissait d'un réalisateur moins talentueux.

Oui, Audrey Tautou est sans aucun doute l'actrice fétiche de Jean-Pierre Jeunet. Oui, en regardant Mathilde, on ne peut s'empêcher de faire certains rapprochements avec Amélie. Et pourtant, la Audrey Tautou de ce "Long dimanche de fiançailles" est différente : jouant un personnage plus profond, elle est davantage dans le registre de la gravité, de la souffrance, de l'émotion, tout en gardant une fraîcheur et une sincérité qui la rendent toujours aussi bouleversante.

Oui, Jean-Pierre Jeunet nous propose un style esthétique et une photographie de plus en plus léchée. Et alors ? C'est sa patte de réalisateur et on ne peut nier la beauté de l'image tout en contrastes : les tons sépia et jaune chaud irisent de poésie la partie du film ouverte à l'imagination et aux souvenirs tandis que les tons bleu grisé soulignent le réalisme et l'atrocité innommable de la guerre. De chaque plan émane une intensité émotionnelle rare, et ce n'est tout de même pas rien si on prend en compte la série de mauvais films qui poussent actuellement dans le paysage cinématographique tel du chiendent !

Oui, on se perd parfois dans l'immense galerie de personnages qui vivent sous nos yeux. Mais, avouez que, non seulement, le casting est royal, mais qu'il est au service de l'histoire et qu'en plus chaque acteur se donne tout entier à son personnage : Audrey Tautou, Gaspard Ulliel terriblement bouleversant en jeune chien fou éperdu d'amour au plus profond de l'horreur, Jodie Foster, Ticky Holgado dont c'est le dernier film, Clovis Cornillac, Marion Cotillard, Jean-Pierre Darroussin, Albert Dupontel, Dominique Pinon, André Dussollier, Jean-Claude Dreyfus, pour n'en citer que quelques-uns…

Les rôles secondaires ont été travaillés de la même manière que les rôles principaux d'où cette impression d'histoire humaine vraie.Oui, les dialogues où pointe une fantaisie proche de celle du "Fabuleux destin d'Amélie Poulain" peuvent être perçus comme déplacés dans un film qui parle de la guerre avec un souci du réalisme étonnant. Mais cette touche de légèreté est juste et nécessaire : c'est la soupape qui permet de ne pas sombrer totalement dans l'ignominie de la guerre car sinon l'horreur dénoncée aurait tout simplement été insupportable à regarder.

Oui, "Un long dimanche de fiançailles" peut laisser l'impression d'un film en demi-teinte. Mais il n'empêche que c'est un film magnifique, où la mort et la vie s'entrechoquent, où le tragique côtoie le romanesque. Un film qui dit qu'il faut y croire de toutes ses forces au-delà de la raison et que même quand il n'y a plus rien, il faut y croire, encore et encore plus fort. "Un long dimanche de fiançailles" nous tient par la main pour nous aider à tenir en équilibre sur le fil ténu de l'espoir et nous permet d'oser croire que l'espoir est plus fort que la vie…

Une merveilleuse leçon de vie et un message d'amour écrit à l'encre de l'espoir.

Auteure :Nathalie DebavelaereTous nos contenus sur "Un long dimanche de fiançailles" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Wonder Woman 1984 : Amazone ne livre plus

Rédaction

Wonder Woman 1984 : Une année à oublier

Rédaction

Les Tuche ne seront pas confinés à Noël

Rédaction