18 novembre 2019
Critiques

Un Moment d’Egarement : La critique du film

Pour les amateurs de Claude Berri, vous vous souviendrez sans doute d'"Un Moment d'Egarement" datant de 1977.

Voilà presque quarante ans plus tard, son fils, le producteur Thomas Langmann, remet au goût du jour l'oeuvre de son père avec dans les rôles titres deux poids lourds du cinéma français: Vincent Cassel et François Cluzet.

N'étant pas fan de Berri, et n'ayant pas vu l'original, je ne saurais comparer pour vous les deux réalisations, mais je parlerais néanmoins de ce que j'ai vu.

"Un Moment d'Egarement" fournée 2015 est un film long et laborieux où l'on s'ennuierait vite si il n'y avait pas François Cluzet pour péter des câbles et chasser des animaux venus parasiter le calme de ses vacances (revoyez "Les Petits Mouchoirs").

La musique choisie pour "Un Moment d'Egarement" est péniblement actuelle (probablement dans le but de grossièrement situer l'intrigue à notre époque) et s'accompagne à la manière du montage global d'un découpage parfois incohérent.

D'ailleurs une grosse partie d'"Un Moment d'Egarement" devrait ployer sous le poids de ses clichés, mais, dès les premières minutes, le film se dédouane de toute responsabilité avec la fameuse pirouette du "C'est tellement cliché !" ou plus précisément "Il faut arrêter d'être un stéréotype". Comme si l'autodérision excusait le manque d'originalité voire d'effort tout court.

Quoiqu'il en soit je mentirais en disant qu'"Un Moment d'Egarement" est uniquement une source de soupirs, car il faut bien admettre que François Cluzet sait être hors de lui comme personne et j'attirerais également l'attention sur le personnage de Philippe Nahon dont l'accent devrait en faire rire plus d'un.

Pourtant force est de constater que le tout reste de facture assez moyenne, avec des pans entiers de récit qui ne font en rien progresser l'intrigue (les problèmes de François Cluzet avec sa femme ou son ressentiment pour son père, sont-ce là des réminiscences du film d'origine ou juste de l'étoffe pour le personnage qui ne serait autrement qu'un père à la ramasse obsédé par l'envie de tuer des sangliers ?), des jeunes actrices qui jouent mal pour la majeure partie et un personnage principal (celui de Vincent Cassel) pas franchement crédible, à proprement parler.

En conclusion, le divertissement est présent ici et là, si cela vous suffit tant mieux. Certains viendront peut-être comparer le remake à son original et j'espère pour eux qu'il est loin d'être à la hauteur de son homonyme.

Enfin il faut malheureusement avouer qu'"Un Moment d'Egarement" se vendra principalement à cause de la notoriété de ses deux protagonistes mâles et (comme le plutôt bon "Jeune et Jolie" de François Ozon) d'une jeune "actrice" nue qui n'a d'autre rôle que de faire "bander les bandits" (pour citer un poète contemporain), une Lolita bas de gamme si vous préférez.

Auteur :Chris Carlin
Tous nos contenus sur "Un Moment d'Egarement" Toutes les critiques de "Chris Carlin"

ça peut vous interesser

Hors Normes : Un film typique sur l’atypisme

Rédaction

Rencontrez l’équipe du film Play

Rédaction

Hors Normes : Sonnette d’alarme

Rédaction