19 septembre 2021
Archives Critiques

Une Affaire de Goût : La critique

Dans "Une affaire de goût" de Bernard Rapp, Frédéric Delamont est un industriel richissime, renommé et redoutable. Alors qu'il déjeune dans un de ses restaurants préférés, il rencontre Nicolas Rivière, un jeune intérimaire à qui il propose un poste de goûteur chez lui. D'abord interloqué, Nicolas accepte et découvre petit à petit en Delamont un personnage à la fois étrange et mystérieux. Nicolas se laisse vampiriser par Delamont qui use de lui comme d'une béquille pour vivre des expériences par procuration.

Dès le début, une deuxième trame parallèle à la première dévoile le drame qui a surgi entre les deux hommes. Nicolas, attiré malgré lui par son étrange mentor perd petit à petit tous ses liens avec la réalité, jusqu'à son amie Béatrice qu'il abandonne pour s'installer chez Delamont. D'abord innocent, Rivière devient complice de l'atroce folie de Delamont. L'un et l'autre se mentent, se persuadent de ne faire qu'un et de partager beaucoup ("c'est fou comme on se ressemble" martèle Delamont).

La révélation précoce et inattendue du drame permet habilement à Bernard Rapp de très vite resserrer et concentrer l'action autour de ses personnages. En multipliant les séquences brèves et rapides, le réalisateur instaure petit à petit un climat inquiétant, et promène son spectateur de faux-semblants en demi vérités qui participent admirablement à l'ambiance trouble du film.

Comme les deux personnages, on est embarqué dans la spirale sans jamais savoir exactement où elle mène. Jean-Pierre Lorit et Bernard Giraudeau parviennent à donner une vraie dimension à l'étrange relation en maintenant une ambiguïté presque permanente entre Rivière et Delamont. Par certains aspects, "Une affaire de goût" lorgne vers le film noir sans jamais vraiment y plonger, on navigue à vue, un peu noyé dans une ambiance indéfinissable qui va s'alourdissant.

S'il est influencé par John Huston et Claude Chabrol, Bernard Rapp parvient toutefois à se construire un style à la fois précis et maîtrisé. Une étude de personnages singulière et fascinante filmée de manière précise et intelligente par un Bernard Rapp inattendu, qui, après "Tiré à part", un premier film plus académique, s'affirme ici comme un metteur en scène doué. 

Auteur :Guillaume Branquart
Tous nos contenus sur "Une Affaire de Goût " Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Petite maman : Un charme déconcertant

Rédaction

Petite Maman : Retour vers le futur à hauteur d’enfant

Rédaction

L’Etreinte : Etonnant

Rédaction