29 juillet 2021
Archives Critiques

Une Affaire privée : Pas un cold case !

Après un polar décalé, "Le Poulpe", guillaume Nicloux nous offre un polar, là encore, mais bien plus sombre et étouffant avec "Une Affaire Privée". Pour cela il use d'ingrédients dignes du film noir des années 40 qu'il nous sert à la sauce française et XXIème siècle décadent. Nous avons un enquêteur privé, délaissé par une partie de ses proches (sa femme et son fils), quasi-indifférent aux autres (sa soeur, sa maîtresse...), joué de façon incroyable par Thierry Lhermitte, d'autant plus incroyable qu'il n'avait jusque là jamais réussi à convaincre hors du registre Splendide. Sa direction lui confie une affaire de disparition classée par la police. Il tentera alors de découvrir la vérité sur Rachel, une jeune étudiante  mystérieusement   évanouie dans la nature...Il y rencontrera bien sûr une femme fatale, Marion Cotillard, elle aussi convaincante une fois sortie des calamiteux "Taxis".

"Une Affaire Privée" est une très bonne surprise, et on peut même parler de réussite à bien des égards. Bien sûr certains détails gênent un peu, comme cette utilisation un peu gratuite et malhabile de la caméra à l'épaule au début du film, que Nicloux abandonne assez vite heureusement. On peut aussi parfois regretter la surenchère de détails glauques visant à rendre l'univers du film encore plus noir et étouffant par exemple, était-il nécessaire de nous présenter la mère de la disparue à la tête d'une entreprise de pompes funèbres, ou une scène de travesti mal dans ses pompes ? Mais Nicloux est servi par un scénario très bien ficelé, sans temps mort, et au final s'en sort à merveille.

Tout l'intérêt de ce film réside dans le ton qu'il utilise pour traiter, sous forme d'enquête policière, un problème beaucoup plus profond qu'une simple histoire de meurtre. Il ne s'agit pas ici de déflorer l'intrigue, mais il est intéressant de noter la façon dont Nicloux joue avec les apparences; toutes les pistes explorées sont plausibles, rien ne paraît surfait, factice. Et pourtant, la force du film est bien là : présenter puis résoudre des énigmes que nous nous fabriquons en même temps que le héros, et, à la fin, nous dévoiler que le problème était ailleurs; nous donner la clé sans pourtant nous rassurer... L'atmosphère vénéneuse et inquiétante du film n'en reste pas moins persistante.

Enfin, on peut signaler que, si une large partie du film nous laissait penser qu'"Une Affaire Privée", a contrario du "Poulpe", serait dénué d'humour, Nicloux est capable avec brio d'introduire quelques bons mots dans cet univers noir sans que cela paraisse artificiel. À noter aussi une apparition de l'excellent Jean-Pierre Darroussin en beauf des boîtes à partouzes magistral.

En résumé, une excellente surprise, un scénario efficace, un casting plus qu'acceptable; il n'y a aucune raison de bouder "Une Affaire Privée" qui prouve que le cinéma français peut être efficace sans forcément en appeler aux clichés des films américains.

Auteur :Benjamin Thomas

Tous nos contenus sur "Une Affaire privée" Toutes les critiques de "Benjamin Thomas"

ça peut vous interesser

Kaamelott : Le retour du roi

Rédaction

Annette ‌:‌ ‌À la vie, à la mort

Rédaction

Mystère à Saint-Tropez : Catastrophe !

Rédaction