Critiques

Une femme d’exception : pas exceptionnelle

La critique du film Une femme d’exception de Mimi Leder

Par Christophe Colpaert


Bonne nouvelle ! En tout cas, on pouvait le penser. Mimi Leder est de retour au cinéma. Elle qui n’avait pas tourné depuis 18 ans maintenant. Même si le dernier long-métrage qu’elle ait réalisé ("Un Monde Meilleur" avec Kevin Spacey et Helen Hunt) n’avait pas laissé un souvenir mémorable loin s’en faut.

On préfèrera retenir dans sa longue carrière "Deep Impact" (1998 - même si par certains aspects visuels notamment il a considérablement vieilli. On retiendra également "Le Pacificateur" (1999) avec le duo formé par George Clooney et Nicole Kidman.

Entretemps, Mimi Leder s’était surtout illustrée à la télévision en réalisant de nombreux épisodes de la série "Urgences". Activité qu’elle poursuit avec une assiduité remarque encore maintenant pour qui regarde des séries telles que "Almost Humans" et "The Leftovers".

Alors ? Qu'en est-il du résultat final après une si longue parenthèse ? Le constat est qu'"Une femme d’exception" n’est pas foncièrement mauvais. Cela serait exagéré de dire cela. Toutefois, le principal reproche qu’on peut lui adresser est son excès de classicisme dans sa facture doublé d’un net penchant vers le didactisme forcené dans le déroulement de son histoire.

critique-film-une-femme-d-exception
Armie Hammer et Felicity Jones.

"Une femme d’exception" se présente sous la forme d’un drame biographique qui explique, plus ou moins, qu’elle a été le rôle de Ruth Bader Ginsburg. On y découvre son action militante, débutée dans les années 50, pour permettre aux femmes d’accéder aux mêmes droits que les hommes. Elle, avocate de formation, qui est devenue finalement membre de la Cour Suprême aux Etats-Unis.

Pour évoquer ce parcours, Mimi Leder s’appuie sur un casting solidement charpenté qui permet même de retrouver des visages connus, quoique plus rares sur les écrans. Tels ceux de Sam Waterston et de Kathy Bates. Certes, ce ne sont que des personnages secondaires en la circonstance, mais on prend beaucoup de plaisir à retrouver ces grandes figures du cinéma américain.

On pourra enfin déplorer une proximité navrante quant à la sortie en salles d’"Une femme d’exception" trois mois seulement après le documentaire dont le thème était similaire. Ce dernier s’appelait "RBG" (réalisé par Julie Cohen et Betsy West, il était sorti le 10 octobre dernier). De fait, le film de Mimi Leder n’apporte rien de plus que l’on ne sache déjà.

Cela peut vous intéresser ! Découvrez notre magazine radio dont voici le replay du 05 janvier 2019 :



Tous nos contenus sur "Une femme d'exception" Toutes les critiques de "Christophe Colpaert"

ça peut vous interesser

Persona non grata de Roshdy Zem

Rédaction

Cannes 2019 : Diego Maradona

Rédaction

Mon inconnue : Une Rom-com française tendre et fantastique

Rédaction