31 octobre 2020
Archives Critiques

Une nouvelle chance : Tout mou

Jadis, dans les familles, quand les temps se faisaient durs, la ménagère accommodait les restes et présentait à ses convives un plat pompeusement baptisé hachis Parmentier.

Le dernier film de Clint Eastwood, "Une nouvelle chance", car la star américaine a préféré laisser un vulgaire tâcheron signer la réalisation, histoire de partager les responsabilités de ce fiasco, part du même principe : faire du neuf avec du moisi.

On ressort les bonnes vieilles recettes : le bon réac républicain (Clint himself) et ses problèmes de prostate et de vision, sa fille «working girl», la rousse flamboyante Amy Adams, maquée avec un avocat aussi sexy qu'un bilan comptable, en conflit avec son père et le bellâtre Justin Timberlake qui devra attendre 83 minutes (nous avons chronométré !) avant de choper la donzelle.

Avec, comme fond d'écran, le milieu du baseball professionnel, sport qui passionne autant les Européens qu'un barbecue chez les végétariens. Chaque scène est annoncée à grands coups d'effets bien en amont, le scénario se traîne sur des chemins balisés depuis la conquête de l'Ouest.

Vous sortirez de la salle avec l'impression d'avoir visionné un antique clip de Dolly Parton tout en avalant un vieux hot dog mou aux graisses saturées. 

Auteur :Régis Dulas

Tous nos contenus sur "Une nouvelle chance" Toutes les critiques de "Régis Dulas"

ça peut vous interesser

Miss : Vous voterez pour elle !

Rédaction

Tenet : Il faut le voir !

Rédaction

Aventure dans le Grand Nord : Jeu DVD

Rédaction