18 septembre 2020
Critiques

Une sirène à Paris : Son chant n’est pas séduisant

Par Jérémy Joly

Après avoir co-réalisé avec Stéphane Berla le film d'animation "Jack et la Mécanique du cœur", au style très particulier, Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, réalise en solo son deuxième long-métrage : "Une sirène à Paris". Il s'agit de l'adaptation de son propre roman et dont les chansons proviennent de l'album homonyme du groupe en question.

Gaspard est un chanteur qui se produit sur la péniche-cabaret baptisée Flowerburger. Après avoir eu le cœur brisé, il s'est promis de ne plus jamais retomber amoureux. Mais un soir, après son tour de chant, il rencontre une jolie sirène nommée Lula, échouée après une crue de la Seine. Pour se défendre des hommes, elle utilise son chant qui fait exploser leur cœur.

Le générique du début d'"Une sirène à Paris" commence de façon intéressante : de l'animation en stop-motion avec des personnages en pâte à modeler. Puis quand arrivent les prises de vues réelles, ça se gâte. Le spectateur se retrouve face à une photographie immonde. Voulant certainement montrer visuellement que l'histoire est un conte, ce choix de lumière est une erreur. A moins que son objectif était de rendre aveugle les spectateurs...

Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima - Copyrights Sony Pictures

Aucun des interprètes n'arrivera à rendre les personnages intéressants. Pourtant, le casting se compose d'acteurs talentueux : Nicolas Duvauchelle en chanteur au cœur brisé, Tchéky Karyo qui ne croit plus aux rêves, Rossy de Palma en voisine un peu trop curieuse, Romane Bohringer qui cherche à venger la mort de son compagnon et Marilyn Lima en sirène improbable.

Les contes, dans le cinéma français, sont rares et très souvent ratés. L'histoire d'amour entre le chanteur et la sirène est absurde. Ce trop plein de poésie est insupportable. Les chansons et les musiques ne sont pas réussies. Ce qui peut sauver le film sont peut-être les décors remarquables qui ont le mérite de ne pas être faits numériquement.

"Une sirène à Paris" aurait peut-être été plus attirant s'il avait été réalisé en animation. Le résultat en prises de vues réelles n'aura pas réussi à devenir passionnant. Mais ce qui est certain, c'est que vous ne verrez jamais un film similaire à celui-ci, sa seule originalité est qu'il est unique en son genre. Le chant de cette "Sirène à Paris" séduira peut-être une partie des spectateurs, mais son style si spécial en fera fuir un grand nombre.




Tous nos contenus sur "Une Sirène à Paris" Toutes les critiques de "Jérémy Joly"

ça peut vous interesser

L’Avare : Louis de Funès en Harpagon

Rédaction

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait : Sous le charme ?

Jérémy Joly

Antoinette dans les Cévennes : Petite balade avec Patrick

Jérémy Joly