Archives Critiques

Une Vie à t’attendre : Le passé composé

Apparemment, le virus de la réalisation contamine un à un les journalistes de Studio Magazine : après Denis Parent ("Rien que du bonheur") et Marc Esposito ("Le Cœur des hommes"), c'est au tour de Thierry Klifa de passer derrière la caméra avec "Une vie à t'attendre" (distribué par Mars Films), un film à l'empathie active qui parle de nos désirs secrets, de nos peurs, de la part la plus profonde et la plus vraie de nous-mêmes… 

Mais, ce qui saute aux yeux avant tout, c'est qu' "Une vie à t'attendre" a été écrit spécialement pour Patrick Bruel qui trouve là l'un des plus beaux rôles de sa carrière. Il joue Alex, un homme tiraillé entre Jeanne, un amour de jeunesse cher à son coeur, et Claire, la femme avec laquelle il s'apprête à s'engager. Le moins qu'on puisse dire, que l'on aime ou pas Patriiiiick, c'est qu'il nous fait une démonstration émouvante de l'étendue de son talent. Homme victime de son excès d'amour pour les autres, il apparaît à la fois fort, intransigeant et charitable en homme de la situation qui a pris le restaurant de famille en main et qui joue le papa-poule pour Julien, son petit frère dépressif qui habite sous le même toit que lui. Il apparaît aussi fragile -malgré son embonpoint-, terriblement indécis, maladroit et enjôleur dès lors qu'il se retrouve face à ses propres propres choix : retenu par le passé et tourmenté par l'avenir, il sent le présent lui échapper. Il est tout simplement bluffant dans sa capacité à rendre son personnage attendrissant, même lorsqu'il est dur envers les siens, même lorsqu'il fait souffrir les 2 femmes qu'il aime. 

Mais, dans cette aventure humaine, Patrick Bruel est très bien entouré. Nathalie Baye (Jeanne) et Géraldine Pailhas (Claire) enchâssent leur sensualité à fleur de peau, de laquelle naît une émotion intense. Danielle Darrieux est exquise dans le rôle de la mère de Jeanne, aux remarques pince-sans-rire. Enfin, « une vie à t'attendre » nous permet de découvrir un acteur qu'on a déjà hâte de retrouver : Michaël Cohen (Julien), bouleversant en jeune homme effacé derrière son frère et dont on devine les blessures profondes et la mélancolie latente. 

Vous l'aurez compris, "Une vie à t'attendre" est un film dans lequel la générosité et l'implication des acteurs comptent pour beaucoup : on leur doit une grande partie de l'émotion ressentie à travers ces histoires d'amour qui se nouent et se dénouent. Mais le fait qu'on s'identifie facilement à l'un ou l'autre personnage du film est aussi dû au regard honnête, lucide et sensible que pose Thierry Klifa sur les relations humaines, et plus particulièrement sur les relations entre les hommes et les femmes.

On a tous eu, un jour, le sentiment de passer à côté d'une histoire qui aurait pu changer le cours de notre vie…On sait tous combien il peut être difficile de choisir entre une vie stable faite de bonheurs simples et une vie où tous les coups de folie sont permis mais où tout va si vite et si fort que cela peut s'arrêter à tout instant…On a tous connu la peur de faire le mauvais choix et de se retrouver empêtré dans les remords et les regrets… 

Que faire lorsque le passé fait irruption dans l'avenir ?... Alex seul peut décider du sens qu'il veut donner à sa vie… Entre amour raté et amour partagé, « une vie à t'attendre » est un film d'une grande richesse qui dit que « le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire ». Un cœur-à-cœur où les âmes se mettent à nu, vulnérables, et qui donnent tout son sens à ces paroles de Calogero : « on peut s'aimer, se désaimer… »

Auteure :Nathalie DebavelaereTous nos contenus sur "Une Vie à t'attendre " Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Lui avec Guillaume Canet : Le bluray

Rédaction

Haute couture : un duo attachant

Rédaction

Villa Caprice : Arestrup magistral

Rédaction