21 janvier 2022
Critiques

Une vie démente : A la folie

Par Louis-Antoine Jonathan


Découvert lors du dernier Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz, où il remporta quatre prix, "Une vie démente" d’Ann Sirot et Raphaël Balboni est en salle depuis le 10 novembre 2021.

Le premier long-métrage d’Anne Sirot et Raphaël Balboni, duo de réalisateurs belges, vise juste et dans une direction qui lui est unique. Notre récit est celui d’une mère atteinte de démence, mais dans lequel la maladie et ses conséquences sont mises en scène à mille lieues d’un "The Father" fort appréciable, mais à la tension palpable et de chaque instant. Ici, les réalisateurs décident de faire montre d’une grande douceur et poésie tandis que la maladie s’installe dans la tête de Suzanne et dans le quotidien de son fils Alex et de sa copine Noémie, venant chambouler leur projet d’enfant. Alors qu’ils souhaitaient se lancer dans une nouvelle étape et donner la vie, voilà qu’ils doivent assister à la mise au monde de la maladie de Suzanne et à son développement exponentiel.

Portés sur l’improvisation, Ann Sirot et Raphaël Balboni amènent leurs acteurs à une alchimie fluide et touchante avec un ensemble porté par la superbe Jo Deseure dans le rôle de Suzanne. L’actrice belge irradie de sa fragilité presque candide la caméra, tandis qu’elle redevient un enfant et opère alors une sorte de renaissance face à son fils, toujours animée par une sensibilité artistique vivace qu’elle n’oublie pas. On passe facilement des rires aux larmes dans un ensemble cohérent et très burlesque.

La belle et réfléchie photographie du film, liée aux sonorités classiques d’un Vivaldi ou électroniques d’un Nils Frahm, nous immerge brillamment dans la folie dans laquelle sont jetés nos personnages. "Une vie démente" questionne singulièrement notre rapport à la maladie, de manière moins frontale ou larmoyante que d’autres films avant lui, mais sans atténuer ses effets dévastateurs et irrémédiables. La grande force du film reste d’attirer notre attention vers la notion de famille, vers cette vie d’aimants.

ça peut vous interesser

Si demain : Interview de l’équipe du film

Rédaction

Julie (en 12 chapitres) : Roman moderne

Rédaction

Richard Brooks en 5 films

Rédaction