12 décembre 2019
Critiques

Victor et Célia : Une comédie romantico-sociale

Critique du film Victor et Célia

par Sarah Ugolini


Une fable romantique et sociale sur la quête de sens et d'indépendance d'une génération confrontée à la précarité économique.

C'est ce que nous propose Pierre Jolivet dans son nouveau film "Victor et Célia". Un titre simpliste et un peu suranné qui rend hommage aux comédies romantiques d'antan à l'instar de "César et Rosalie" de Claude Sautet.

Dans "Victor et Célia", cette histoire d'amour pragmatique mais pleine de bons sentiments, le réalisateur, plus accoutumé aux drames, s'aventure sur une tonalité plus légère, sans renier son habituel ancrage social. On découvre ainsi un duo de trentenaires qui se trouvent tous deux à un moment charnière de leur vie.

Victor, jeune père de famille célibataire qui a du mal à joindre les deux bouts, perd subitement son ami Ben, avec qui il était sur le point de monter son salon de coiffure.

Confronté à ce postulat de départ assez dramatique, le trentenaire rêveur et passionné décide de se battre pour son rêve et retrouve Célia, un ancien amour de jeunesse rencontré à l'école de coiffure, pour lui proposer de mener à bien son projet avorté et de se lancer dans l'aventure avec lui.

Face à l'adversité et les embûches administratives, la pragmatique et courageuse jeune femme décidera finalement de le suivre dans cet élan de liberté. Elle aussi fait face à la rudesse du quotidien avec une grand-mère dont elle a la charge et un patron libidineux dont elle subit les assauts. Un quotidien qui la pousse à s'affranchir de la hiérarchie et à se jeter dans l'inconnu.

Tout au long de leurs pérégrinations administratives, face aux banques et aux autorisations multiples à obtenir, les deux jeunes coiffeurs-entrepreneurs se laissent peu à peu prendre par leurs sentiments et leur passé amoureux refait surface.

On s'attache rapidement à ces deux néo-adultes qui luttent pour devenir maîtres de leurs vies. Si la complicité des acteurs et leur fraîcheur nous embarque immédiatement, on peut toutefois regretter les facilités des dialogues et des répliques humoristiques qui tombent parfois à plat.

Certains personnages sont même caricaturaux et quelques scènes censées prêter à rire peuvent apparaître aussi gênantes que peu vraisemblables. Une faiblesse d'écriture regrettable tant la jovialité et la spontanéité du duo principal apparaît, elle, naturelle et contagieuse.

Pierre Jolivet dresse surtout , dans cette comédie romantique, le portrait d'une génération. Il dépeint ces trentenaires d'aujourd'hui qui ont perdu les illusions sur le but ultime d'une carrière et de l'argent à tout prix.

Dans un contexte de précarité économique, ces jeunes adultes décident davantage de choisir une vie qui leur plaît, que de chercher par tous les moyens à atteindre une réussite économique chimérique. Une vision de la vie parfaitement illustrée par la phrase de Victor, incarné par Arthur Dupont : "Je veux bien être pendu, mais je choisis la corde".

Pris dans un monde professionnel et économique incertain, "Victor et Célia" raconte comment ces nouveaux adultes choisissent avec audace de trouver le bonheur à travers leur propre aventure professionnelle, afin de parvenir à l'épanouissement.

Toutefois, dans cette comédie romantique à l'issue un brin attendue, on se laisse prendre par l'optimisme à toute épreuve d'Arthur Dupont et Alice Belaïdi, qui portent à bout de bras cette fable romantico-sociale.

Plus qu'à la fin en soi, c'est au parcours du combattant auquel se livre ce duo d'amoureux à la foi inébranlable que s'attache Pierre Jolivet. En dépit des obstacles administratifs, financiers et personnels, c'est leur irrépressible quête de liberté et leur courage qui l'emporte.

Un film sur les inégalités sociales, le désir de s'affranchir du quotidien et de devenir maître de son destin qui, s'il n'est pas exempt de facilités, se laisse regarder avec plaisir.

Tous nos contenus sur "Victor et Célia"
Toutes les critiques de "Sarah Ugolini"

ça peut vous interesser

Kinepolis Lomme : L’Esprit de Famille

Rédaction

Interview de Tristan Séguéla pour son film « Docteur ? »

Rédaction

Rencontrez Michel Blanc pour le film Docteur ?

Rédaction