12 juillet 2020
Critiques

Vidocq : Un film populaire

"Vidocq", héros d'origine arrageoise, dont s'est inspiré Victor Hugo pour créer Jean Valjean dans « Les Misérables », arrive sur les écrans français. Maintes fois annoncée, cette adaptation devait être initialement réalisée par Alain Chabat, avec Gérard Lanvin en tête de distribution. Pour cause de problèmes de production et de délais, la mise en scène fut finalement confiée à Pitof, jeune réalisateur, ayant conçu les séquences de la deuxième équipe pour « Alien, la résurrection » de Jean–Pierre Jeunet. Plus connu pour ses effets spéciaux chez Duboi, Pitof nous donne l'occasion ici de découvrir une œuvre originale.  

Ne vous attendez pas ici à une simple adaptation de la série des années 1960 avec Bernard Noel ou Claude Brasseur. Vous aurez droit à une histoire romancée sur une semaine de la vie de Vidocq. Nous sommes sous le règne de Charles X, Paris gronde et la situation pour les habitants est désastreuse. C'est dans ce climat pour le moins agité que le cinéaste nous narre une enquête passionnante. Et pour cela, il réalise un film pionnier en la matière puisqu'il fut entièrement tourné en caméra digitale.

Ce procédé peut vous rebuter au premier abord, mais on se fait très rapidement à cette image composite. Les acteurs, en tous cas, semblent y prendre goût. C'est  l'avenir de l'art cinématographique qui vous sera ainsi présenté. Cela implique un résultat d'image plus rapide à visionner pour le montage et donc des modifications presque instantanées au cours de ce dernier. Le film est plongé dans des décors sublimes, entièrement réalisés à l'ordinateur. Toutefois, ce n'est pas pour autant que les interprètes ont du tourner « dans le vide ». Ici pas d'écran bleu, mais une partie de décor suffisante pour que les comédiens aient des repères. A ce titre, une partie de ces décors fut dessinée par Marc Caro, dont l'empreinte est indéniable. Il n'y a qu'à observer le laboratoire de l'Alchimiste pour s'en rendre compte.   

Cette réalisation est plus qu'honorable pour un premier film. Pitof sait indéniablement manié sa caméra. Il nous propose un métrage qui peut vous paraître court (1 h 40) mais qui est suffisant pour le maintien du rythme et qui ne cache pas, qui plus est, un vide scénaristique. Le réalisateur est un passionné de cinéma qui s'inspire des références des années 60 et 70 (les gros plans à la Sergio Léone). Son montage, un peu rapide, donne à l'histoire une dimension actuelle et non historique. C'est un film fantastique d'époque. Tout cela est servi par un excellent scénario, écrit par un Jean Christophe Grangé au mieux de sa forme. L'auteur des « Rivières Pourpres » nous livre un script bien supérieur à celui de sa dernière adaptation par Mathieu Kassovitz. Les rebondissements, les « jeux de poupées russes » sont ici largement exploités pour le plus grand plaisir des spectateurs, autant que pour celui des comédiens.  

La distribution est solide et complètement adaptée aux rôles. Depardieu est égal à lui-même et sa prestation lui permet d'ajouter un personnage de légende à son répertoire. Il est carré, râleur, tenace, comme on l'aime tous. Guillaume Canet montre lui un jeu un peu moins nuancé, un peu plus plat. C'est dommage, car le personnage qu'il incarne, un espèce de jeune «  Tintin reporter », aurait dû plus exploser à l'écran. La palme revient donc cette fois-ci à André Dussolier. Il est tout simplement méconnaissable de par son allure et de par sa voix. Son apparence vous fera peut-être penser au Javert de Victor Hugo. Quant à Inès Sastres, après la déconvenue de « Vercingétorix », elle pourra s'enorgueillir d'avoir participer à un des projets les plus ambitieux du cinéma français.

Aussi, félicitons les producteurs, Olivier Garnier et Dominique Farrugia , qui ont réussi, en l'occurrence, à insuffler un souffle nouveau au cinéma français. Ils ont cru en Pitof avec "Vidocq", pour le plus grand bonheur des spectateurs. Réjouissons-nous de la diffusion d'un film populaire qui marquera non seulement les esprits mais aussi très certainement le box-office, en tous cas c'est à espérer, cela serait une juste récompense.  
Auteur :Pierre Godon
Tous nos contenus sur "Vidocq " Toutes les critiques de "Pierre Godon"

ça peut vous interesser

Out Of Time : Gagnez vos Bluray !

Rédaction

Sortie Bluray : Out Of Time

Rédaction

Buffet froid : Le chef d’oeuvre de Bertrand Blier

Rédaction