Archives Critiques

Volver de Pedro Almodovar : La critique

Il y a quelque chose chez Pedro Almodoar qui fait qu'il est toujours juste. Qu'il aille dans la folie déglinguée, le film d'amour à sa mère, le film choc, de "Attache-Moi" à "Tout sur Ma Mère", en passant par "La Mauvaise Education", ses films sont toujours bien particuliers. "Volver" est de ceux là.

"Volver" le dit, il s'agit d'un retour, de celui de l'auteur à son enfance, dans la Mancha où souffle le vent qui rend fou, entouré de femmes. C'est à ces femmes qu'il rend hommage, celles qui ont tellement de forces qu'elles peuvent survivre à tout, tellement de fragilités qu'elles ont besoin des autres, de cette solidarité qui ne leur fait jamais défaut.

Il n'y a qu'un mot pour qualifier "Volver", deux en fait : « chef d'œuvre ».

Parce que Almodovar est un des rares cinéastes qui puisse nous faire croire à des choses énormes avec tellement de facilité qu'elles en deviennent possibles. Parce que Almodovar aime son sujet, et que cette affection se ressent, se vit pour le spectateur d'une façon exceptionnelle.

Mais aussi, parce que Almodovar est un de ces directeurs d'acteurs qui savent tirer de leurs comédiens une énergie incroyable, palpable à l'écran. Parce que Almodovar aime ses actrices, et qu'elles le lui rendent bien.

Parce que, enfin, il y a dans ce film le meilleur du cinéma et plus encore. Des moments de comédie, de thriller, de satire, et des moments de grâce pure auxquels on ne s'attendait même pas.

Oubliez la facilité, oubliez tout ce que vous avez vu, Almodovar est encore au dessus, il s'empare du destin de ces femmes avec une tendresse qui fait qu'on ne peut que les aimer, loin de tout cliché, mais tellement ancré dans le quotidien.

Il prend des risques, le risque de nous perdre, de nous larguer, de nous poser en scrutateur, alors qu'il ne réussit qu'à créer une empathie qui vous poursuivra bien au-delà de la projection.

Mention spéciale à Penelope Cruz, qui gagne ici ses véritables galons d'actrice, tellement elle avait été sous exploitée jusque-là. Agrémentée de fausses fesses pour mieux correspondre à l'idéal d'Almodovar, elle est à la fois pétillante, énergique et fragile, une très très belle composition.

Alors que dire de mieux si ce n'est que "Volver", vous aurez forcément envie de retourner le voir, et ne vous en privez pas, la deuxième vision est encore meilleure, et ainsi de suite ! 

Auteur :Fadette Drouard
Tous nos contenus sur "Volver" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"

ça peut vous interesser

Petit Pays : Jean-Paul Rouve au Rwanda

Rédaction

Judy : La critique du film

Rédaction

Le Prince Oublié : Les coulisses du tournage

Rédaction