26 septembre 2021
Critiques

Walkyrie : Apocalypse Cruise

Une page d'histoire passionnante gâchée par un style convenu et commercialement formaté : tel est le sentiment mitigé qu'inspire "Walkyrie", le dernier film de Bryan Singer. Mais où donc est passée la verve cinématographique de ce cinéaste que l'on qualifiait de surdoué précoce à l'époque de "Usual Suspects" ou de "X Men" ?

L'angle d'attaque du scénario ne manquait pourtant pas d'intérêt ni d'originalité. Le film expose les déchirements internes de l'armée allemande en décrivant l'un des principaux complots qui fut tramé contre Hitler pendant la guerre, au sein du régime nazi. Il évoque ces allemands qui, au prix de leur vie, ont défendu l'honneur d'une « Allemagne sacrée », comme ils l'appelaient eux-mêmes. "Walkyrie" restaure la mémoire de ces héros. Il remet au goût du jour un épisode historique méconnu qui se solda, certes, par un échec, mais qui illustre le courage insensé dont firent preuve les inspirateurs du complot. Oui, de nombreux soldats Allemands souhaitaient la chute du régime nazi. Oui, ces hommes et ces femmes furent un peu les oubliés de nos livres d'Histoire.

Le cinéma joue ici un rôle de média historique en donnant une vision nuancée de cette période sombre de la seconde guerre mondiale. Pendant longtemps, les films traitant de la guerre 39-45 ont développé une vision très manichéenne de l'armée allemande face au monde. Ici on quitte le schéma habituel du SS totalitaire, violent et sans conscience face aux alliés héroïques et défenseurs de la liberté. La mise en place de la conspiration est l'occasion de découvrir les mensonges, les petites lâchetés, les jalousies liées au pouvoir, bref toute la division qui existait à l'intérieur même du camp allemand au sujet du führer. Derrière la dictature et les saluts militaires, il faut peu de choses pour que le dégoût remonte à la surface...

Grâce au film, on perçoit combien la tyrannie de la peur s'exerçait autant envers l'ennemi qu'à l'intérieur de l'armée allemande. Loin des récits habituels sur Hitler et le nazisme qui s'appliquent souvent à montrer des actes de guerre et de violence, le film rend perceptible à la fois la force et la folie de cette immense puissance hitlérienne ainsi que l'asservissement moral sur lequel il reposait. Le cours de l'Histoire aurait pu en effet basculer si Hitler avait été éliminé ce jour-là puisqu'il détenait à lui seul tous les pouvoirs. Son empire s'appuyait sur une armée totalement obéissante mais aussi fragile car prête à se retourner contre lui. Une Allemagne à la fois bourreau et victime, capable de retourner sa veste à tout instant dès lors que le chef suprême disparaît.

Malheureusement Bryan Singer ne s'avère pas à la hauteur d'un tel sujet. Il se focalise sur la seule idée du meurtre d'Hitler et de ses conséquences immédiates, accumulant erreurs et fautes de goût. La première de ces erreurs étant le choix d'avoir tourné en anglais un film qui parle d'une page cruciale de l'histoire de l'Allemagne et dont l'action se déroule au cœur de ce pays. Une adhésion à l'anglais d'autant plus difficile que le rôle principal est confié à Tom Cruise, icône même de la star américaine hollywoodienne.

Deuxième faute de style, l'arrière-plan historique qui n'est absolument pas traité. Comment approcher Hitler et le tuer ? C'est le suspens lié à cette recherche qui intéresse le plus le réalisateur. Certes les scènes de rencontre avec Hitler attirent la curiosité et exercent une certaine fascination. Cependant, "Walkyrie"évoque très peu le contexte de l'époque, le conflit, les racines du coup d'état manqué, le camp des opposants au complot. Les personnages sont caricaturés, l'intrigue simplifiée. Sur le plan historique, le film souffre d'un manque de détails et de réalisme historique qui nuisent à sa crédibilité.

Pour couronner le tout, le choix de Tom Cruise dans le rôle du conte Claus Schenk von Stauffenberg s'avère désastreux et ce avant même le début du tournage. Les autorités allemandes locales ont longtemps refusé les autorisations de filmer dans des lieux historiques à cause de l'appartenance de l'acteur à l'Eglise de scientologie. Probablement à coup de finances, l'équipe a fini pourtant par obtenir gain de cause. Au-delà de ces difficultés, Tom Cruise joue de manière neutre, campe un héros sans consistance, sans parvenir à donner l'épaisseur humaine et historique nécessaire à son personnage.

Ajoutons à ces défauts majeurs une musique et une mise en scène grandiloquentes et l'on obtient un film complaisant, définitivement guidé par des instincts commerciaux… Pour le réalisateur qui semble plus doué avec la science-fiction ou le polar, c'est un coup d'épée dans l'eau. Il y a peu de chance en effet que ce "Walkyrie" s'installe au top 5O des films historiques.

Auteur :Pierre Vaccaro
Tous nos contenus sur "Walkyrie" Toutes les critiques de "Pierre Vaccaro"

ça peut vous interesser

Les coulisses du retour de Maverick

Rédaction

Maverick est de retour !

Rédaction

Outsiders : Le film méconnu de Francis Ford Coppola

Rédaction