30 novembre 2020
Critiques

Week-ends : L’amour à la campagne

On pourrait croire que l'amour est éternel dans "Week-ends" (distribué par Haut et Court). La cinéaste Anne Villacèque nous prouve que non et qu'il faut toujours se méfier de notre conjoint. Week-ends, mêlant la fiction avec le travail documentaire, est un long-métrage qui prend conscience de nos désirs et de l'inconnu de l'amour. Sylvette et Ulrich, Christine et Jean. Deux duos parcourant un beau bout de chemin ensemble. Mais voilà, quand Jean quitte Christine, c'est l'amitié de ces quatre personnages qui compatissent. Dans ces décors de plage, il décide d'aller voir ailleurs et cette femme se retrouve absente, sans attache. Même ses amis n'y peuvent rien. Ce personnage, joué par Karin Viard, se retrouve dans une grande solitude. Elle ne retrouve pas le goût de vivre et de la liberté. Quant aux deux autres amis, ils se remettront en question le soir avant de dormir.

A travers des dialogues très réalistes d'Anne Villacèque et Sophie Fillières, ces protagonistes nous amusent et nous interrogent. Dans une mise en scène assez intimiste, on retrouve une tonalité humaine et grinçante sur la vie. L'enjeu du film repose surtout sur des deux maisons en face à face et la petite ruelle qui les sépare. On se demande si cette mise en scène ne ressemble-t-elle pas au théâtre ? « C'est là où je voulais en venir » déclare la cinéaste. A travers chaque séquence, des plans de nature nous illuminent. Elles sont des temps de pause dans un film où les couples sont en crise. Une des séquences qui plaira le plus aux spectateurs est la balade en pleine nature. On les retrouve sur la plage, le vent dans les cheveux, chacun espère un avenir meilleur pour leur couple. Il y aussi une idée de nostalgie. Chacun se souvient du temps qui passe.

Outre la talentueuse Karin Viard, les autres acteurs sont tout aussi intéressants. Noémie Lvovsky, Jacques Gamblin et Ulrich Tukur nous séduisent par leur simplicité. Ils jouent leur personnage avec beaucoup de subtilité et de finesse. « La force du casting réside dans cette humanité et le vécu » précise la réalisatricee. Ils ont une certaine mise à distance comme le personnage d'Aki Kaurismäki. A noter, la participation de Gisèle Casadesus. Une actrice au grand cœur qui reste éternelle au cinéma. On se souvient notamment de son duo avec Gérard Depardieu dans "La tête en friche". Dans ce long-métrage, elle ne fait qu'une apparition, mais elle est rapidement remarquée. Une grande dame pour un très beau film.

"Week-ends", c'est une « cuisine interne » de nos sentiments, de nos libertés et de nos bonheurs. Anne Villacèque nous sert finalement à la fois une belle distribution, mais aussi un scénario bien mené.

Auteur :Joris Naessens
Tous nos contenus sur "Week-ends" Toutes les critiques de "Joris Naessens"

ça peut vous interesser

Drunk : La critique du film

Rédaction

Les Apparences : Décevant

Rédaction

Les Apparences : Sont trompeuses !

Rédaction