19 janvier 2022
Archives Critiques

Windtalkers : La critique

Depuis son exil américain, John Woo a davantage joué de sa virtuosité technique que de sa capacité à faire exister un vrai récit efficace et construit. Seul "Volte Face" (déjà avec Nicolas Cage) se basait sur une intrigue construite et des personnages aussi solides physiquement que psychologiquement. Avec "Windtalkers" (distribué par Pathé Films), le réalisateur de "The Killer" s'attaque un double challenge : filmer la guerre et tenter d'insuffler un peu d'émotion dans son cinéma si chorégraphié.

Autant le dire tout de suite, la bougeotte n'a pas quitté le maître et rares sont les plans qui voient la caméra rester fixe. Côté intrigue, Woo s'intéresse à un fait relativement méconnu de la Seconde Guerre mondiale : l'utilisation d'indiens navajos pour crypter les messages radios de l'armée américaine. Ben Yahzee, indien navajo, s'engage avec son ami Charlie Whitehorse pour aller combattre les ennemis des Etats-Unis. Le marine Joe Enders, récemment blessé au combat dans un affrontement qui a causé la mort de tous ses hommes, est chargé de la protection de Yahzee et du code qu'il détient. Sans s'encombrer de règles, le film de John Woo échappe volontairement aux codes du film de guerre pour ne se centrer que sur les liens qui va grandir entre le codeur et son ange gardien.

Après un "Mission Impossible 2" à l'esthétique magnifique mais au scénario creux, le réalisateur se recentre sur une histoire d'amitié virile en des temps tourmentés. Sans doute faussé par le nombre d'acteurs présents à l'écran, le talent de John Woo pour filmer l'action se dilue quelque peu pour ne plus jaillir que lors de féroces empoignades. Le couple, campé avec beaucoup de sagesse et de retenue par Adam Beach et un Nicolas Cage comme on ne l'avait plus vu depuis longtemps, tient très bien la route. Mais le personnage féminin, comme souvent chez Woo, est ici maladroitement introduit puis vite évacué.

Plus sobre dans sa facture que ses précédents films, "Windtalkers" permet à au cinéaste d'aller plus loin dans l'étude de ses personnages, et conjugue ainsi action efficace et réflexion intelligence avec suffisamment de réussite pour faire oublier les quelques insuffisances de ce film.

Auteur :Guillaume BranquartTous nos contenus sur "Windtalkers, les messagers du vent " Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 30 octobre 2021

Rédaction

Pig : Tout est bon dans le cochon ?

Rédaction

What if… ? : Et si vous vous laissiez tenter ?

Rédaction