12 décembre 2019
Archives Critiques

Wolverine : le combat de l’immortel : Critique n° 1

"Wolverine : le combat de l'immortel" : mieux, mais c'est pas encore ça.

Comme certainement tous les autres fans de comics qui se respectent, j'étais ravi de voir que les aventures télévisées de l'iconique et omniprésent Wolverine (non le W ne se prononce toujours pas comme un V) n'avaient pas été enterrées avec le dernier opus, "X-Men Origins". En effet, ce dernier avait mis la barre tellement bas, entre incohérence scénaristiques, infidélités au comics et massacre en règle de certains personnage (Paix à ton âme Deadpool), que relever le niveau n'a pas dû être très difficile.

Tout d'abord, le choix de placer le scénario au Japon, qui a pu étonner les néophytes du personnage, a en fait rassuré la plupart des fans. En effet, le Wolverine passe une très grande partie de son temps au pays des samouraïs dans le comics. Une nouvelle intrigue qui amènera un Logan torturé par les événements qui l'ont conduit à tuer Jean Grey dont il était amoureux, à renouer avec sa nature et à ré-endosser son rôle de justicier toutes griffes dehors.

Il est agréable de noter que, pour une fois, les scénaristes ont lu le comics (fait bien plus rare qu'on ne veut bien le croire) et on retrouve plusieurs ennemis dès plus évident (la Vipère) au plus redoutable (le Silver Samurai) en passant par les plus discrets (les fans avertis reconnaitrons la Main bien que le nom ne soit pas prononcé). Les personnages du comics sont respectés et on ne retrouve pas les mêmes erreurs de débutants qui plombaient le précédent opus.

Le scenario ne tombe pas non plus dans l'humour omniprésent pour faire oublier les erreurs de réalisation contrairement à la tendance actuelle des productions Marvel. Pas d'erreurs de casting également, mais malgré ces grosses améliorations, un goût amer demeure en bouche. En effet, quelques gros points noirs restent à ajouter au nez de ce nouvel opus.

Pour commencer par les plus petits maux, le film a pris les tics énervants des blockbusters américains, y compris le fait que les personnages japonais de souche hésitent entre parler japonais et américain, même lorsqu'ils parlent entre eux sans auditeur anglophone (à peu prés aussi énervant que deux nazis allemands discutant dans une base secrète et qui décident de parler anglais avec un accent).

Détail qui nous amène à une infidélité quelque peu dérangeante au comics, à savoir le fait que Logan, qui est censé parler couramment la langue à ici besoin d'un traducteur. Un défaut typique des blockbusters américains auquel on se doit d'ajouter l'obligation quasi contractuelle d'ajouter une histoire d'amour sans saveur et sans grand intérêt au scénario, amourette qui peine à donner à l'histoire la dimension émotionnelle qui lui manque cruellement malgré le recours bien trop récurrent au souvenir de la défunte Jean Grey qui hante encore Logan.

Un scenario pourtant bien ficelé, qui devient assez prévisible à cause d'une réalisation hasardeuse, à grands coups de plans prolongés sur des personnages doublés d'une musique inquiétante, au cas où le spectateur n'aurait toujours pas compris qui étaient les méchants (ce qui représente apparemment tout le monde). Réalisation qui en vient même à exposer la seule faiblesse du scenario, à savoir le recours à des scènes d'action spectaculaires, voire un peu trop pour rester crédibles, à chaque fois que l'histoire atteint un moment de creux.

Toutefois, même si le combat final reste assez épique, le reste des scènes d'action demeurent assez classiques et on a vite l'impression de regarder un Jason Statham avec des griffes en adamantium. Même le pitch premier du film a des ratés puisque si notre ami à la pilosité élevée se retrouve incapable de se régénérer après avoir pris une balle, il récupère incroyablement bien à des griffes en adamantium lui déchirant la peau à chaque sortie !

Ce nouvel opus relève donc le niveau de l'ancien, ce qui encore une fois ne tenait pas franchement du miracle, mais reste bien en dessous de ce que le Wolverine mérite. Un échec dur à pardonner du fait que les récents films de l'univers Avengers nous ont montré que la perfection était possible.

Il ne reste plus qu'à espérer que le prochain "X-Men : Days of the Future Past" nous fasse oublier les cahots de la route.
Auteur :Axel Dauvergne
Tous nos contenus sur "Wolverine : le combat de l'immortel " Toutes les critiques de "Axel Dauvergne"