17 juillet 2019
Critiques

X Men: Days of Future Past : Un bon cru !

Avec "X-Men : Days Of Future Past", 14 ans après avoir démarrer la saga au cinéma, Bryan Singer signe son retour chez les X-Men en donnant un sacré coup de griffe. Le septième film de la série X-Men est une suite qui voyage dans le temps, un choix ambitieux mais efficace.

Décidément, les scénaristes ne manquent pas de ressources quand il s'agit des X-Men. Si l'histoire de "X-Men : Days of Future Past" est directement adaptée de celle du Comics daté de 1981, intitulé X-Men : Futur antérieur, il offre surtout à Brian Singer l'occasion de faire un retour imposant comme le réalisateur emblématique de la saga.

Car son film basé sur le voyage dans le temps relevé du défi, alors que les épisodes se sont enchainés et où seul Wolverine à perdurer. Souvenez-vous des débuts des X-Men de Mr Singer, avec le professeur Xavier et son école puis ses professeurs et élèves combattants, Tornade, Jeane, Ciclope et Wolverine.

Tous étaient engagés dans une lutte contre magnéto dans un contexte où les mutants étaient apparus au monde comme une nouvelle espèce dont la population ne savait s'ils étaient amis ou ennemi. Un thème qui été exploité dans deux suites avec un final destructeur où les gentils X-Men ont su vaincre les méchants et s'intégrer à la population.

En 2011, la saga marque un tournant avec "X-Men : le commencement" avec Matthew Vaughn à la réalisation pour un film pour un scénario qui s'intéresse aux origines, à la période où les X-Men étaient encore inconnus. L'occasion de retrouver certains personnages mais sous des traits plus jeune. Et c'est dans cette continuité que s'inscrit majoritairement le film de ce printemps 2014.

Pour comprendre et suivre l'intrigue de "X-Men : Days of Future Past", il est utile de préciser la non nécessité de voir les épisodes précédents. Mais avoir connaissance du passé de la saga permet de mieux cerné les choix de Bryan Singer sur ce film. Un long métrage où l'action se déroule en 2023 dans un futur apocalyptique encore inédit puis en 1973 dans la lignée de la trame scénaristique du commencement.

Les scénaristes ont concocté un récit qui se balade d'une époque à une autre tout en privilégiant quand même la période des années 70 pour bien s'inscrire dans la nouvelle trame scénaristique.

Bien sur ce n'est pas une surprise de voir Wolverine occupé le rôle central puisque c'est le personnage (et l'acteur par la même occasion) le plus fidèle. Et ce n'est sans doute pas un hasard si le retour de Bryan Singer marque aussi le retour des acteurs de la première trilogie.

C'est d'ailleurs dans le futur que le réalisateur commence son récit et on retrouve donc par exemple assez vite Tornade (Halle Berry) et les personnages majeurs des premiers films signés Singer. Pour ce dernier le voyage dans le temps permet donc de réunir en un film les deux « équipes » de X-Men et ce n'est certainement pas un hasard même si cela complique un peu la tâche.

Les récits de voyage temporels sont des pièges bien connus du cinéma hollywoodien. Dans ce long métrage, c'est la partie Seventies, dans la lignée du nouveau souffle, de la saga qui s'avère la plus intéressante.

Bryan Singer avait supervisé le commencement et propose donc une suite dans la même veine de qualité avec un casting charismatique (mention spéciale à Peter Dinklage de "Games of Thrones"), et un récit associant moments intenses et humour presque potache avec un peu d'Histoire.

En effet, la trame scénaristique de cette époque s'inspire de l'histoire contemporaine américaine. Bryan Singer a imprimé sur ce film une touche rétro entamée en 2011 tout en se faisant un petit plaisir futuriste.

Si la dite époque futuriste est la source du pitch de ce film, cela apparait presque comme une petite parenthèse permettant à Bryan Singer de faire la jonction entre son histoire passée avec les X-Men et son nouvel investissement dans la saga.

L'utilisation de cet arc temporel futuriste constitue d'ailleurs le petit bémol du film car il n'est pas toujours bien exploité. Il apparait presque comme accessoire tout en constituant pourtant le point de départ. Un futur qui permet aussi quelques extravagances visuelles niveau effets spéciaux.

Coté réalisation, c'est d'ailleurs un travail tout à fait honorable qui est proposé avec une certaine sobriété et lecture des scènes de blockbuster assez claire. C'est donc un bon cru que ce "X-Men" du printemps 2014 qui fait plutôt honneur à une franchise globalement de haute tenue.

Auteur :François Bour

Tous nos contenus sur "X Men: Days of Future Past" Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Toy Story 4 : Le fabuleux destin des jouets

Rédaction

Les nouveaux anges de Charlie

Rédaction

Men in Black International : Une erreur de costume

Rédaction