Archives Critiques

XXX 2 : Extrêmement con !

Voici maintenant "xXx 2" réalisé par Lee Tamahori !

Il y a deux ans, "xXx" de Rob Cohen débarquait en salle. Plus dangereux, plus musclé, plus tatoué que James Bond, la nouvelle idole du public adolescent américain se nommait Vin Diesel.

Agent secret irrévérencieux, "xXx" faisait du surf tout en esquivant une avalanche pour tuer le méchant alors qu'il emballe la fille. Prévisible, débile et dispensable mais pas totalement désagréable pour peu qu'on prenne le tout au dixième degrés.

Totalement mégalos, les producteurs ont pris l'initiative d'une suite mais sans que le réalisateur du premier (Rob Cohen) ni la star principale (Vin Diesel, trop cher) soient de la partie. Avant même le premier tour de manivelle, "xXx 2" semble confiner au suicide cinématographique mais que voulez-vous, le box office a ses raisons que la raison n'a pas.

Alors quoi ? Alors rien. Le peu d'intérêt du premier volet résidait dans la personnalité charismatique de Vin diesel, de sa voix rauque et de sa musculature impressionnante.

Même s'il jouait sur un registre sans surprise, Rob Cohen et son petit savoir faire injectait une bonne dose de folie dans certaines scènes d'action (la poursuite en moto ou l'avalanche en sont de parfaits exemples) tout en valorisant les performances de son héros.

Tous ces aspects positifs ont ici totalement disparu pour laisser place à un spectacle affligeant pour les neurones comme pour les yeux du public vite fatigué par cette bouillie filmique indigeste. 

Première déception et de taille : le nouveau triple X. Faiblement interprété par l'acteur - rappeur Ice Cube, ce dernier reste à des années lumière du puissant Vin Diesel.

Est-ce pour cela d'ailleurs qu'il n'accomplit pas une cascade digne de ce nom sur les 100 minutes de métrage ? Probablement, car hormis une grotesque scène finale qui fera rire même les fans de série Z avec Chuck Norris, le résultat est pauvre voire désolant.

Quant au personnage lui-même, ce n'est qu'un condensé typique du héros de série B américaine, hargneux mais courageux, rebelle mais patriote, dur mais amoureux.

Ajouter à cela une bonne dose de putasserie salasse avec filles en string, musique RNB, grosses bagnoles tuning et vous avez tout de suite une idée du niveau de l'entreprise… 

A ce stade, le film pourrait être encore regardable seulement voilà, il y a Lee Tamahori et ce n'est pas peu dire que sa réalisation finit d'achever les faibles espoirs de voir une série B décente.

En effet, dès que celui-ci atteint les limites de ses compétences, il passe le relais aux types des effets spéciaux digitaux sans trop se poser de question. En RTT ou travaillant sur le dernier "Star Wars", les informaticiens en question ont vite réglé l'affaire tard le soir ou après la sieste.

Selon l'humeur, le résultat est drôle ou pitoyable. Rarement, on a vu des images de synthèse aussi laides et démodées. Quant aux fonds bleus, ils sont si désespérément criants qu'on croirait volontiers qu'il n'y avait plus d'argent pour finir le film. 

Triste et fatigante, cette nouvelle monture des aventures de triple X laisse un goût amer. Franchement, on ne voit aucune raison de s'infliger ça hormis sous le coup d'une pulsion masochiste très violente. Mon conseil : fuyez !

Auteur :Frédérick Lanoy

Tous nos contenus sur "XXX 2" Toutes les critiques de "Frédérick Lanoy"

ça peut vous interesser

Mort à 2020 : Un OVNI débarque sur Netflix

Rédaction

Les Affranchis de Martin Scorsese : Critique

Rédaction

Brooklyn Affairs : A gagner en Bluray

Rédaction