Critiques

Yves Saint Laurent : Entre Ma vie avec liberace et Cloclo

Il n'y a rien de plus intéressant que l'histoire d'un génie, surtout quand il se nomme Yves Saint-Laurent, car, des les premières minutes, nous sommes convaincus qu'il est là devant nous, tant la prestation de Pierre Niney, pensionnaire de la Comédie française, est tout simplement saisissante de crédibilité aussi bien dans l'apparence que dans le phrasé ou dans les intonations vocales si particulières que celles d'Yves Saint-Laurent.

J'ai toujours été passionné par Saint-Laurent et, après avoir visionner de nombreux documentaires à ce sujet, le film a réussi le pari de me dévoiler des aspects inconnus du créateur tant il fut un homme complexe et aux multiples facettes. Comment se douter que, derrière le génie créatif qui changea à tout jamais l'univers de la mode et le vestiaire féminin, se cachait un homme en proie à tant de démons intérieurs ? En effet, Yves Saint-Laurent, français d'Algérie né à Oran en 1936, était maniaco-dépressif, alcoolique et toxicomane. L'interprétation de Pierre Bergé est confié, elle, au très grand et talentueux sociétaire de la Comédie française Guillaume Gallienne dont la sublime comédie, "Les garçons, Guillaume à table !" vient de dépasser les deux millions d'entrées. Il nous livre une interprétation à la fois forte et délicate, celle d'un homme prêt à tout pour son compagnon qu'il aime plus tout au monde.

La réalisation de Jalil Lespert, nonobstant quelques clichés regrettables, est d'une finesse et d'une innovation rarement atteintes dans le cinéma français. Une confirmation deux ans après "Des vents contraires" dans lequel il avait réussi à prouver que Ramzy Bedia était bien plus qu'un simple humoriste. Le pari de raconter l'histoire du Saint-Laurent/Bergé n'était pas simple. Même si le biopic commence à émerger en France, notre cinéma hexagonal ne s'était jamais attaqué au monde de la mode que par le seul prisme du documentaire. Quatre ont ainsi été produits et consacrés à Yves Saint-Laurent : "Tout terriblement", de Jérôme de Missolz; "Yves Saint Laurent, 5, avenue Marceau, 75116 Paris" de David Teboul; "Le Temps retrouvé", du même Teboul;  "Yves Saint Laurent - Pierre Bergé", l'amour fou de Pierre Thoretton. Il est à noter que la Fondation Bergé/Saint Laurent a ouvert grandes ses portes à cette production. De fait, au niveau visuel et crédibilité, on ne trouvera pas mieux : vraies robes, vrais appartements, vraie maison de Marrakech, même les lunettes sont celles du créateur ! Un seul regret pour conclure qui porte sur la durée un peu courte de ce biopic : 1h46 mn seulement ! On aurait aimé un peu plus de temps pris pour apprécier certains personnages secondaires.

Quand la création rencontre la folie, quand l'amour devient une passion qui pousse l'être humain à tout pour l'être aimé, cela donne une histoire d'une beauté saisissante....
Auteur :Christophe Colpaert
Tous nos contenus sur "Yves Saint Laurent" Toutes les critiques de "Christophe Colpaert"

ça peut vous interesser

Retour sur la filmographie de Quentin Tarantino

Rédaction

Les Huit Salopards : Réservoir colts

Rédaction

Calls : La série

Rédaction