15 novembre 2019
Débats

Matthias et Maxime : Un Xavier Dolan mineur ou majeur ?

Une fois encore, le nouveau film de Xavier Dolan est attendu. Comme souvent, le jeune réalisateur ne fait pas l'unanimité.

""Bien moins ravageur que ses précédents films, ce film finira sur nos étagères comme un « Dolan » parmi les autres. 
Amandine Letourmy


Quel dommage que le réalisateur se perde en circonvolutions pour un scénario au thème déjà bien peu percutant. Additionné aux longueurs, la quasi absence de scènes entre Matthias et Maxime est criante. En cela, Xavier Dolan rate le coche. Exit ses flash-backs si caractéristiques. En conséquence, compliqué de se passionner pour ces deux personnages dont la relation d’amitié n’a pas été vraiment balisée. Le spectateur n’a plus qu’à seulement accepter cette attirance nouvelle, sans plus d’éléments de contexte pour le sustenter.

La déception n’en est que plus grande, car le cinéaste sait pourtant toujours si bien manier les scènes de dialogues de groupe, à la fois foncièrement drôles et criantes de vérité. L’alchimie splendide de cette bande potes qui se charrie à tour de bras signe les plus beaux moments du film, et, dans un autre registre, la scène de discours d’adieu la plus gênante de 2019. Lire la suite...

critique-matthias-&-maxime1

Se détachant du cinéma classique, où la profusion d’images vulgaires et sexuelles se répandent, Xavier Dolan nous propose simplement deux êtres à la recherche de leur corps, dans la poésie et la finesse de l’amour et du hasard de la vie. 
Elisa Drieux-Vadunthun


Mille et une questions se bousculent dans sa tête et du côté de Maxime et on peut en dire de même en tant que spectateur. Par un simple baiser, en un peu moins d’une minute, saisi par cette caméra un peu vintage, dans ce qui s'avère être un film amateur réalisé à la vitesse grand V (qui se veut important, mais qui n’a ni queue ni tête), rien ne pouvait nous laisser imaginer que les deux amis allaient se prendre au sérieux. Un baiser qui les bouleversera à jamais nous dit-on.

Pendant deux heures Xavier Dolan nous transporte, nous tient encore et toujours par les diverses utilisations de sa caméra, du caméscope. Ce dernier, utilisé majoritairement pendant la durée du film, nous rappelle ces moments en famille que nous avons pu passer lors de fêtes, d’adieux, etc. Vous savez cette caméra que vous teniez en main ou alors quand un ami vous filmait sans arrêt, pour immortaliser ce qui seront plus tard des vidéos de souvenirs, pour se rappeler le bon temps, cet instant où tout le monde était réuni...

Un format proposant des plans serrés sur le visage des personnages, où nous spectateurs nous demandons, à cet instant même, ce que nous faisons à regarder ces familles qui s’embrassent, se jettent dessus, s’aiment, s’insultent, se disent cœur à cœur une dernière fois peut-être un « je t’aime ». Nous entrons, sans même le vouloir véritablement, dans ce qui est leur intimité. Lire la suite...

ça peut vous interesser

Arras Film Festival 2019 : Interview de Lucie Borleteau et Karin Viard

Rédaction

Arras Film Festival 2019 : Le lac aux oies sauvages

Rédaction

Un monde plus grand : Rencontre avec un électron libre

Rédaction