24 janvier 2022
DVD / Blu-ray

Discopath en DVD et VOD

DISCOPATH A DECOUVIR EN DVD EN VOD !

Par Gabriel Carton


Chaleureusement accueilli lors de son passage à la 22ème édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, DISCOPATH parodie les séries policières américaines ("Starsky et Hutch" et notamment le premier épisode de la saison IV, diffusé le 12 septembre 1978 sur le réseau ABC, réalisé par Arthur Marks, et intitulé "Discomania" n.d.l.r.) et les films cultes des années 70-80 ("Driller Killer", "Maniac") en proposant le portrait d'un serial killer peu commun chez qui le disco déclenche des accès meurtriers aussi violents que grotesques.

Duane Lewis, jeune cuisinier à New York, devient fou dès qu'il entend du Disco. L'ambiance d'une discothèque enfiévrée l'amène à son premier meurtre, suivit d'une longue fuite vers Montréal où son terrible destin le rattrape : partout où il va, on écoute du disco ! De boites de nuits en pensionnats catholiques, de séquestrations dans des caves en courses-poursuites avec la police, le périple de Duane est aussi sanglant que drôle.

Renaud Gautier signe un film au budget microscopique, mais qui séduira immanquablement les fans de disco, de gore et d'humour loufoque. L'aspect rudimentaire de la « production value » ajoute au côté attachant de "Discopath", sauvé par ses qualités d'écritures, même si le montage du film, son rythme surtout, révèlent par moment la difficulté qu'a eu le réalisateur à mettre en place le projet. En effet, on fait vite la différence entre les séquences de meurtre disco qui sont les idées sur lesquels Renaud Gautier a bâti son film, et les séquences explicatives, qui ne sont rajoutées que pour maintenir la cohérence de l'ensemble, sans conserver la folie des autres.

Visuellement, le film respire l'inventivité d'un cinéma bis aujourd'hui moribond : coloré, artisanal et d'un mauvais goût hissé au rang d'art. Cette histoire frapadingue aligne les moments avec et les moments sans, mais ne se départ jamais pour autant d'une certaine joyeuseté qui rend la vision du film vraiment jouissive.


ça peut vous interesser

The Chef : Cauchemar en cuisine

Rédaction

Trop d’amour : Un numéro d’équilibriste dingue

Rédaction

Leonard Rosenman : La nostalgie heureuse

Rédaction