19 juillet 2019
DVD / Blu-ray

John Wick 2 : Test du Bluray

JOHN WICK 2 (John Wick : Chapter 2)
Réalisé par Chad Stahelski
Disponible en DVD et Blu-ray le 22 juin 2017
chez Metropolitan Vidéo



Acteurs : Keanu Reeves, Common, Laurence Fishburne, Riccardo Scamarcio, John Leguizamo, Franco Nero, Ruby Rose, Bridget Moynahan, Ian McShane, Peter Stormare, Claudia Gerini
Scénario : Derek Kolstad
Photographie : Dan Laustsen
Musique : Tyler Bates, Joel J. Richard
Durée : 2h03
Date de sortie initiale : 2017



LE FILM


John Wick est forcé de sortir de sa retraite volontaire par un de ses ex-associés qui cherche à prendre le contrôle d'une mystérieuse confrérie de tueurs internationaux. Parce qu'il est lié à cet homme par un serment, John se rend à Rome, où il va devoir affronter certains des tueurs les plus dangereux du monde.

"John Wick", premier du nom, avait créé la surprise en 2014. Tourné pour un budget de 20 millions de dollars, le film, parfaite synthèse du cinéma, du roman-graphique et du jeu vidéo, en rapporte 106 millions dans le monde et attire même plus de 400.000 spectateurs dans les salles françaises. Galvanisés par ce succès, Keanu Reeves et le réalisateur Chad Stahelski remettent le

trois ans après pour une suite démentielle, encore plus fun, encore mieux réalisée, encore plus « tout ». Si deux ans se sont écoulés entre les deux tournages, l'intrigue de ce second opus, ou "chapitre deux" comme l'indique le titre original, reprend là où le premier s'était arrêté, après l'implacable vengeance de l'ancien tueur à gages contre les mafieux russes qui avaient tué son chien et volé sa voiture.

Toutes les qualités professionnelles de l'ancien assassin explosent littéralement dans ce deuxième épisode, comme si le premier, pourtant très généreux, n'avait été qu'une mise en bouche. Parallèlement aux fusillades, bastons, règlements de comptes en tous genres et poursuites à pied ou en voiture, le metteur en scène, le comédien principal et le scénariste Derek Kolstad créent une vraie mythologie à partir de ce qui avait été annoncé dans le premier. Le monde souterrain de John Wick s'étend, prend une ampleur inespérée, répondant à tous les fantasmes et espoirs des fans, suite à l'excellent bouche-à-oreille qui a largement contribué au succès critique et commercial du premier chapitre.

Ancien cascadeur et coordinateur, assistant réalisateur, Chad Stahelski commence sa carrière en doublant Brandon Lee après l'accident qui a coûté la vie au jeune comédien sur le tournage de "The Crow". Après avoir oeuvré sur Los Angeles 2013, "Alien, la résurrection", il fait la rencontre de Keanu Reeves en 1999 sur "Matrix", où il officie comme doublure officielle de la star. Ils se retrouveront sur les deux autres volets de la trilogie.

Ce triomphe international fait de Chad Stahelski un des cascadeurs les plus demandés par Hollywood jusqu'à ce qu'il décide de passer lui-même derrière la caméra pour John Wick, avec l'aide de David Leitch, co-réalisateur non crédité. Le succès ayant été au rendez-vous, la suite de "John Wick" est lancée en même temps qu'une trilogie est annoncée. Chad Stahelski se retrouve cette fois seul aux commandes.

"John Wick 2" est un vrai torrent d'action et de violence chorégraphiée, ponctué par un humour noir percutant. Du point de vue visuel, le film est absolument remarquable. La photographie stylisée de Dan Laustsen ainsi que la mise en scène virtuose et le montage toujours lisible, subjuguent et mettent en valeur chaque affrontement, tout comme le soin apporté aux décors et aux costumes. Keanu Reeves assure le show. Spectaculaire, très investi, charismatique, il trouve à plus de cinquante ans un des rôles qui marqueront sa carrière, au même titre que celui de Neo dans la trilogie "Matrix".

Par ailleurs, "John Wick 2" joue avec le spectre des films des Wachowski, dans la rigueur des combats, mais aussi dans son atmosphère et ses partis pris. On a même souvent l'impression que les personnages s'avèrent reliés à une matrice. Le lien méta se fait encore plus évident avec l'apparition de Laurence Fishburne, dans un rôle pas si éloigné de celui de Morpheus qu'il tenait dans la trilogie. N'oublions pas la participation de Riccardo Scamarcio (classe et venimeux), Ian McShane (impérial), l'incroyable Ruby Rose, Common, John Leguizamo et même Franco « Django » Nero qui complètent ce casting idéal. Les fans apprécieront.

D'une suprême élégance, "John Wick 2" – qui a plus que doublé le score du premier au box-office américain - repousse donc toutes les limites et peut se targuer d'être une des meilleures suites jamais proposées au cinéma. C'est peu dire que nous attendons le troisième avec impatience, surtout après ce que le fascinant et ambitieux épilogue met en place.



LE BLU-RAY

Le test du Blu-ray de "John Wick 2", disponible chez Metropolitan Vidéo, a été réalisé à partir d'un check-disc. Le menu principal est dynamique, animé et musical.

Attention, grande édition ! Assurément l'un des Blu-ray de l'année pour Metropolitan. Voilà ce que réserve la section des suppléments.

On commence par un commentaire audio en version originale sous-titrée en français de Chad Stahelski et de Keanu Reeves. Les deux complices ne sont pas avares en anecdotes, s'avèrent à l'aise dans l'exercice et parviennent à maintenir l'intérêt pendant les 123 minutes du long métrage.

Le comédien relance sans arrêt le réalisateur sur la fabrication de telle ou telle scène, le casting est passé au peigne fin, tout comme la préparation des acteurs, le tournage des cascades, les répétitions, sans oublier l'écriture du scénario, les éléments apportés pour ce second volet et les bases posées pour le troisième. Tous les sujets abordés durant ce commentaire sont illustrés en images dans les bonus suivants, mais ne manquez pas ce moment très sympa.

L'éditeur présente ensuite près d'1h15 de featurettes promotionnelles, de scènes coupées et même une bande-annonce parodique.

Les séquences laissées sur le banc de montage (8'), montées mais non mixées, montrent l'introduction originale de Santino D'Antonio (Riccardo Scamarcio), qui vient tout d'abord s'en prendre de manière violente à Aurelio (John Leguizamo) avec ses sbires, pour savoir où se trouve la voiture de John Wick. Une autre scène se focalise sur D'Antonio, prenant un peu trop ses aises à l'hôtel Continental devant un Winston (Ian McShane) outré. La dernière séquence montre John Wick qui se présente face à un cardinal.

Les modules suivants, Retro Wick : le succès surprise de John Wick (4 min 30), L'entraînement (12'), Prévisualisations des scènes d'action (5'), Keanu & Chad (10'), Le monde souterrain (5'), En voiture ! (5'), La conception d'une scène (10'), Les outils de John (8') dissèquent chaque scène d'action à travers de très nombreuses images de Keanu Reeves à l'entraînement, des répétitions, de tournage, le tout largement commenté par les comédiens, le réalisateur, les responsables des cascades, des producteurs, et de tout ce petit monde visiblement heureux de faire partie du projet.

Ces segments insistent sur la performance physique de Keanu Reeves. L'acteur est montré pendant ses semaines d'immersion auprès des frères Machado qui lui ont enseigné leur forme de jiu-jitsu brésilien. On y voit Keanu Reeves, déjà rompu à de nombreux styles d'arts martiaux, transpirant à grosses gouttes dans son kimono, mais toujours le sourire aux lèvres avec une visible soif d'apprendre et de se perfectionner. Sa formation intensive, y compris le maniement des armes – à balles réelles - auprès de Taran Butler, véritable tireur d'élite, aura duré 5 mois à raison de cinq heures par jour. Très impressionnant.

Le tournage à Rome au sein des Thermes de Caracalla, l'engouement suscité par le premier volet, l'investissement des comédiens, les armes du personnage, les costumes et bien d'autres éléments sont abordés au fil de ces suppléments absolument passionnants.

L'interactivité se clôt sur un montage compilant toutes les victimes de John Wick dans ce second volet (on vous dit le résultat : 116), ainsi qu'une bande-annonce parodique de "John Wick" premier du nom, intitulée "Dog Wick", dans laquelle le chien venge la mort de son maître en prenant les armes et en piégeant sa niche. Oui. D'autres bandes-annonces, présentant les films disponibles chez Metropolitan Vidéo, sont disponibles en fin de parcours.



L'Image et le son


"John Wick 2" a été intégralement tourné en numérique et cela se voit. L'édition Blu-ray est donc tout indiquée et même indispensable pour (re)découvrir le film de Chad Stahelski, d'autant plus que cette édition HD est en tout point renversante de beauté. Les partis pris stylisés de la photographie signée Dan Laustsen, chef opérateur danois qui a marqué les cinéphiles pour son travail sur "Le Veilleur de Nuit" (et son remake) d'Ole Bornedal, ou bien encore "Le Pacte des Loups" Christophe Gans, sont magnifiquement restitués à travers ce transfert qui s'impose comme un disque de référence.

Le cadre large fourmille de détails, les contrastes sont spectaculairement denses, le relief omniprésent, le piqué acéré comme la lame d'un scalpel (ou la mine d'un crayon) et l'étalonnage spécifique des couleurs est conservé. Le codec AVC consolide tout cela avec une belle fermeté y compris sur les nombreuses séquences agitées ou sombres. Resplendissant.

Attention les oreilles ! "John Wick 2" va mettre à mal votre installation ainsi que vos murs, votre sol et vos rapports avec vos voisins. On espère que vos murs sont bien insonorisés ! Passés les logos des maisons de production, les enceintes explosent littéralement et rien ne s'arrêtera plus jusqu'au générique de fin. Les déflagrations, crépitations, désintégrations et d'autres mots en tions » sont ardemment réparties aux quatre coins cardinaux grâce à l'ébouriffant mixage anglais Dolby Atmos et au DTS-HD Master Audio 5.1 français, avec un net avantage dans la langue de Shakespeare. La musique de Tyler Bates et Joel J. Richard souligne l'ensemble avec fracas et le caisson de basses se déplace tout seul sur le sol. Ex-plo-sif !


Franck Brissard (Homepopcorn.fr)

ça peut vous interesser

Greta : Entretien avec Isabelle Huppert

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 mai 2019

Rédaction

John Wick 3 : Du sang et du style

Rédaction