DVD / Blu-ray

Test Bluray : Silence de Martin Scorsese

SILENCE
Réalisé par
Martin Scorsese
Disponible en DVD et Blu-ray le 15 juin 2017
chez Metropolitan Vidéo



Acteurs : Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson, Tadanobu Asano, Ciarán Hinds, Issei Ogata
Scénario : Jay Cocks, Martin Scorsese d'après le roman de Shûsaku Endô
Photographie : Rodrigo Prieto
Musique : Kathryn Kluge, Kim Allen Kluge
Durée : 2h40
Date de sortie initiale : 2017



LE FILM

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu'il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d'un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Dire que "Silence" s'avère le projet le plus personnel de Martin Scorsese depuis des années, serait un vrai raccourci et de toute façon un argument irrecevable. Son merveilleux épisode pilote de la série "Vinyl", "Le Loup de Wall Street", "Hugo Cabret", "Shutter Island" ont tous démontré que Martin Scorsese s'est toujours impliqué personnellement dans ses projets, même les plus « commerciaux » et qu'il demeure l'un des plus grands réalisateurs en activité. D'autant plus que le cinéaste a toujours su se remettre en question, tout en avouant apprendre encore aujourd'hui de nouvelles choses sur son métier.

"Silence" est l'adaptation du roman du même nom écrit en 1966 par Shûsaku Endô, écrivain catholique japonais, basé sur des faits historiques réels, qui avait déjà été transposée au cinéma par Masahiro Shinora en 1971 et sélectionné à Cannes l'année suivante. Le « silence » éponyme, renvoie à celui de Dieu face aux souffrances vécues en son nom.

Depuis 1988, Martin Scorsese essayait de porter ce projet à l'écran. Tout d'abord annoncé avec les comédiens Daniel Day-Lewis, Gael García Bernal, Ken Watanabe et Benicio Del Toro, "Silence", avant que le projet soit suspendu, annulé, repris pour être encore reporté, réunit finalement Liam Neeson, Andrew Garfield, Adam Driver, Issey Ogata (l'empereur Hirohito dans Le Soleil d'Alexander Sokurov, incroyable ici dans le rôle du vieil Inquisiteur), Yosuke Kubozuka et Tadanobu Asano. Après de multiples réécritures et plusieurs tentatives jusqu'alors avortées de rentrer en production faute de financements, "Silence" a enfin pu voir le jour.

Ce n'est évidemment pas la première fois que Martin Scorsese se penche sur la question de la foi et de la religion. Si les thèmes apparaissent souvent en filigrane, y compris dans ses films sur la mafia, ils demeurent essentiels et le fondement de "La Dernière tentation du Christ" (1988) et de "Kundun" (1997). "Silence" apparaît comme étant un troisième volet d'une trilogie sur le sujet.



Animé par la force et la virtuosité de son metteur en scène, ainsi que sur l'investissement viscéral de ses comédiens, "Silence", drame historique d'une beauté visuelle incomparable, ne peut laisser le spectateur indifférent. Certes, le sujet peut ne pas créer d'empathie, mais la beauté souvent irréelle des images (tournées en 35mm), des décors, des costumes, laisse pantois d'admiration.

Après avoir incarné un homme animé par la parole du Christ dans l'incroyable film de Mel Gibson, "Tu ne tueras point" - "Hacksaw Ridge", Andrew Garfield récidive ici et interprète un prêtre jésuite. Quelque peu illuminé, le comédien s'est longuement préparé pour son rôle en s'isolant au Pays de Galles pour une retraite spirituelle et en faisant vœu de silence durant une semaine. Durant près d'un an, il a également étudié le jésuitisme, tout en perdant beaucoup de poids, comme son partenaire Adam Driver.

"Silence" est une œuvre complexe, difficile d'accès de par son sujet, à la fois universel et hermétique (la persécution des missionnaires jésuites dans le Japon du XVIIème siècle), très lente et qui peut mettre à rude épreuve la patience des spectateurs. Mais chaque plan, chaque seconde est d'une beauté à couper le souffle et emporte l'adhésion, d'autant plus que le sujet abordé est atypique et porté par un Scorsese littéralement habité. Sa passion s'avère contagieuse et le spectateur qui saura pleinement plonger dans cette histoire connaîtra une véritable et unique expérience physique (les séquences de tortures et de crucifixion sont viscérales) et sensorielle. Si l'on excepte l'improbable coupe de cheveux improbable d'Andrew Garfield (et sa tendance à avoir l'air ahuri), visiblement prise en charge par David Beckham, "Silence" foudroie et le spectateur est placé en tant que troisième témoin de cette histoire dense, aux côtés des personnages interprétés par Andrew Garfield et Adam Driver.

"Silence" est un film que s'approprie le spectateur, qui parlera différemment à chacun, qui interroge sur la définition de la foi, sur le doute et la croyance. Ce 24ème long-métrage de fiction de Martin Scorsese est aussi et surtout une extraordinaire leçon de cinéma qui touche à la fois le coeur, l'âme et l'esprit.



LE BLU-RAY

Le test du Blu-ray de "Silence", disponible chez Metropolitan Vidéo, a été réalisé à partir d'un check-disc. Le menu principal est sobre, légèrement animé et musical.

On pouvait s'attendre à plus, mais le seul supplément disponible sur cette édition, le making of de 24 minutes, s'avère excellent, très bien réalisé et documenté. De nombreuses images montrent Martin Scorsese à l'oeuvre avec ses comédiens et son équipe technique. Un metteur en scène qui doute, anxieux derrière son combo, mais aussi heureux sur le plateau et qui s'avère toujours autant passionné, voire transcendé par le cinéma. De multiples interventions de l'équipe (réalisateur, acteurs, directeur de la photographie, monteuse, producteurs, scénariste, historiens, un prêtre jésuite) s'entrecroisent. La genèse et la longue gestation de "Silence" sont abordées, tout comme les conditions des prises de vues, le casting, la préparation des comédiens, les personnages, les partis pris, les thèmes sont passés au peigne fin.

L'interactivité se clôt sur un lot de bandes-annonces et des liens internet.



L'Image et le son

L'univers visuel foisonnant de Martin Scorsese sied à merveille au support Blu-ray. Metropolitan livre un magnifique master HD. Les sublimes partis pris esthétiques du chef opérateur mexicain Rodrigo Prieto passent remarquablement le cap du petit écran et les détails foisonnent aux quatre coins du cadre large. Les contrastes affichent une densité impressionnante, le piqué est tranchant comme un scalpel y compris sur les scènes sombres habituellement plus douces. La profondeur de champ demeure abyssale, les détails se renforcent et abondent en extérieur jour, la colorimétrie est vive, bigarrée et étincelante dès la première séquence, le relief demeure palpable tout du long. Un transfert estomaquant de beauté, un léger grain cinéma respecté (tournage en 35mm), une clarté voluptueuse, le tout conforté par un encodage AVC solide comme un roc, voilà un nouveau Blu-ray de démonstration. Le label rouge Metropolitan en quelque sorte.

Comme pour l'image, l'éditeur a soigné le confort acoustique et livre deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1 français et anglais d'une très grande finesse. La balance des frontales comme des latérales est impressionnante, les effets annexes sont omniprésents dès l'ouverture, les voix solidement exsudées par la centrale (le timbre unique de Liam Neeson), tandis que le caisson de basses souligne efficacement chacune des actions au moment opportun (le fracas des vagues), tout comme celles de l'hypnotique et envoûtante bande originale. La spatialisation est luxuriante. Metropolitan livre également une piste française Audiodescription, ainsi que les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.


Franck Brissard (Homepopcorn.fr)

ça peut vous interesser

Criminal Squad : La bonne surprise !

Rédaction

Krull de Peter Yates en Bluray

Rédaction

Rambo : Last Blood en DVD

Rédaction